Mahmoud Abbas promet la fin des divisions palestiniennes

le
0
RASSEMBLEMENT GÉANT À GAZA DES PARTISANS DU FATAH
RASSEMBLEMENT GÉANT À GAZA DES PARTISANS DU FATAH

par Nidal al-Mughrabi

GAZA (Reuters) - Le président de l'Autorité palestinienne a promis la fin des dissensions avec le Hamas vendredi, au moment où ses partisans défilaient par centaines de milliers dans la bande de Gaza avec la bénédiction du mouvement islamiste qui contrôle l'enclave.

"Bientôt, nous retrouverons notre unité", a assuré Mahmoud Abbas dans une allocution télévisée destinée aux militants du Fatah, sa formation, qui ont manifesté à Gaza.

Les drapeaux jaunes du mouvement palestinien y ont pour une fois remplacé les bannières vertes du Hamas, illustration de l'apaisement progressif entre les deux organisations qui s'étaient violemment affrontées après les élections législatives de janvier 2006. Les combattants du Hamas avaient chassé le Fatah du territoire l'année suivante.

L'impasse dans laquelle se trouvent les négociations de paix avec Israël ont favorisé ce rapprochement, tout comme l'opération "Pilier de défense" que Tsahal a menée en novembre dans la bande de Gaza.

Depuis 2007, les médiateurs égyptiens n'ont pas ménagé leurs efforts pour réconcilier les deux mouvements, qui ne sont toutefois pas parvenus à s'entendre sur le partage du pouvoir et le contrôle des armes.

Selon un fonctionnaire égyptien interrogé par Reuters, Le Caire s'apprête à inviter les deux formations à reprendre leurs discussions dans les deux semaines.

UN PAS "SUR LA VOIE DE L'UNITÉ"

Le Mouvement de la résistance islamique, qui reste voué à la destruction d'Israël, est sorti largement renforcé des combats qui ont fait rage pendant huit jours dans la bande de Gaza.

L'Etat hébreu assure avoir considérablement entamé ses capacités militaires, mais le mouvement a néanmoins tiré parti du conflit, qui lui a valu des témoignages de solidarité de la plupart des pays arabes et de l'Autorité palestinienne.

La visite de l'émir du Qatar, premier chef d'Etat à se rendre dans l'enclave depuis l'éviction du Fatah, a même mis fin à son isolement diplomatique.

Depuis le cessez-le-feu, conclu sous l'égide d'une Egypte désormais dirigée par des Frères musulmans proches du Hamas, son chef de file, Khaled Méchaal, parle plus que jamais de réconciliation.

Reste qu'en intégrant des représentants du mouvement islamiste, l'Autorité palestinienne (AP) prendrait le risque de se couper totalement du gouvernement israélien, qui refuse toute négociation avec le Hamas.

"Le Hamas pourrait prendre le contrôle de l'AP à tout moment", a averti jeudi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

La manifestation de vendredi était organisée à l'occasion du 48e anniversaire du Fatah. Si Mahmoud Abbas n'y a pas assisté personnellement, plusieurs de ses conseillers étaient présents.

"Le message aujourd'hui est que le Fatah ne peut pas être éradiqué", a déclaré Amal Hamad, membre de la délégation venue de Cisjordanie. "Le Fatah est vivant, personne ne peut l'exclure et il cherche à mettre fin aux divisions", a-t-il ajouté.

"Ce rassemblement est un succès pour le Fatah et pour le Hamas également", s'est quant à lui félicité Sami Abou Zouhri, porte-parole de l'organisation islamiste.

"Cette atmosphère positive est un pas sur la voie d'un retour à l'unité nationale", a-t-il ajouté.

Pierre Sérisier et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant