Magasins ouverts la nuit : les Français contre, pas les Parisiens

le
0
Magasins ouverts la nuit : les Français contre, pas les Parisiens
Magasins ouverts la nuit : les Français contre, pas les Parisiens
Paris n'est pas représentatif de la France. Cet adage contemporain n'est pas démenti après la parution d'un sondage CA Com, publié ce mardi, au sujet de l'ouverture nocturne des magasins. Selon cette étude, 77% des sondés déclarent ne pas faire leur courses après 21 heures. Mais cette proportion descend à 53% lorsqu'il s'agit des Parisiens, ce qui semble logique au vu du train de vie mené par cette tranche de population. «Les Franciliens sont toujours à la recherche de temps et en demande de l'immédiat, faire ses courses après 21 heures est donc tout à fait naturel et répond à leurs besoins», commente CA Com.

En revanche, dans l'hypothèse où les boutiques commenceraient à ouvrir plus souvent après 21 heures, 91% des personnes interrogées pensent qu'elles ne changeraient pas pour autant leurs habitudes de consommation. Et surtout, 61% d'entre elles considèrent que le travail à ces horaires constitue «un recul social pour les salariés». Au final, seules 31% estiment que l'ouverture des magasins après 21 heures est une «nécessité correspondant aux évolutions de la société».

Le «phénomène de shopping nocturne est pour l'instant concentré sur l'Ile-de-France et sur une cible jeune», commente Rodolphe Bonnasse, PDG de CA Com. 20% des moins de 35% se déclarent ainsi prêts à décaler en nocturne leurs horaires de shopping. Mais l'apparition de nouveaux modes de consommation (shopping en ligne) pourrait laisser présager de nouveaux changements, note le PDG de CA Com.

Selon la législation actuelle, le recours au travail entre 21 heures et 6 heures est en principe exceptionnel et doit être justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale. Une autre période de travail de nuit peut toutefois être prévue par un accord de branche ou d'entreprise. Ces dernières années, les syndicats ont multiplié les procédures judiciaires sur la question du...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant