Maersk préfère le pétrole aux porte-conteneurs

le
0

La danoise Maersk n'investira plus, dans les cinq prochaines années, de sommes importantes dans sa filiale Maersk Line, spécialisée dans les porte-conteneurs, mais se concentrera davantage sur ses activités pétrolières, a déclaré au Financial Times le directeur général du groupe, Nils Andersen.

« Nous allons nous éloigner du transport maritime et nous tourner vers des activités plus stables et qui génèrent plus de profits », a-t-il affirmé, estimant que les capacités de Maersk Line sont suffisantes.

Les dépenses d'investissement de Maersk Oil s'établiraient dans les prochaines années entre 3 et 5 milliards de dollars par an, contre 1 à 3 milliards actuellement.

Le groupe avait annoncé cette année son intention d'atteindre une production pétrolière de 400.000 barils par jour en 2020 contre 265.000 actuellement, grâce à une poursuite des activités d'exploration.

A terme, les quatre grandes activités du groupe (transport maritime, production pétrolière, forages, activités portuaires) devraient s'équilibrer, alors que le secteur des porte-conteneurs est aujourd'hui prépondérant.

Ce revirement stratégique est un nouveau signe de l'ampleur de la crise du fret, Maersk Line, premier armateur de porte-conteneurs au monde, contrôlant 16% de ce marché dans le monde. La compagnie avait annoncé le mois dernier une réduction de sa flotte sur les routes Asie-Europe.

En 2011, Maersk Line avait accusé une perte nette de 540 millions de dollars tandis que Maersk Oil affichait un profit de 2,1 milliards de dollars. Si, au troisième trimestre 2012, Maersk Line est revenue dans le vert avec près de 500 millions de dollars de gains, grâce à une remontée des taux de fret, la compagnie ne s'attend qu'à des profits modestes pour cette année.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant