Maersk, MSC et CMA-CGM négocient avec la Commission européenne

le
2
PLUSIEURS COMPAGNIES DE TRANSPORT MARITIME NÉGOCIENT AVEC LA CE
PLUSIEURS COMPAGNIES DE TRANSPORT MARITIME NÉGOCIENT AVEC LA CE

BRUXELLES (Reuters) - Les deux premiers groupes mondiaux de transport maritime de conteneurs, AP Moeller-Maersk et MSC (Mediterranean Shipping Company) ont engagé des discussions avec la Commission européenne dans l'espoir d'échapper à des amendes à l'issue de l'enquête sur la concurrence dans ce secteur, a-t-on appris de trois sources proches du dossier mardi.

Outre le danois Maersk et MSC, basé en Suisse, le groupe français CMA-CGM, le taïwanais Evergreen Marine, le sud-coréen Hyundai Merchant Marine et plusieurs compagnies japonaises cherchent aussi à négocier une solution, ont précisé les sources.

"Les compagnies sont en ce moment en discussions préliminaires avec la Commission européenne", a dit l'une des sources, qui a requis l'anonymat.

Les compagnies maritimes pourraient proposer aux autorités européennes des concessions dans le cadre d'une procédure au terme de laquelle elles ne seraient pas sanctionnées. Dans ce cas, la Commission consulterait probablement les autres acteurs du secteur avant d'accepter ces concessions.

Maersk, Hapag-Lloyd (n°5 mondial du secteur) et CMA-CGM ont refusé de commenter ces informations. MSC n'a pu être joint dans l'immédiat pour un commentaire. Les entreprises asiatiques concernées n'ont pu être jointes en dehors des heures de bureau en Asie.

Antoine Colombani, porte-parole de la Commission européenne pour les dossiers de concurrence, s'est refusé à tout commentaire.

En novembre dernier, les autorités européennes de la concurrence avaient déclaré soupçonner une entente sur les prix des liaisons maritimes européennes depuis 2009. Elles n'avaient pas publié les noms des entreprises visées par l'enquête mais des sources ont dit à Reuters que 14 sociétés étaient concernées.

Maersk, CMA-CGM, le japonais Nippon Yusen Kaisha, le sud-coréen Hanjin Shipping, Evergreen Marine et Hapag-Lloyds avaient confirmé l'an dernier l'existence de l'enquête de l'UE.

Des sources ont déclaré à Reuters que China Shipping Container Lines, COSCO, Mitsui OSK Lines, OOCL (Orient Overseas Container Line), United Arab Shipping et le groupe israélien ZIM Integrated Shipping étaient également visés par l'enquête européenne.

(Foo Yun Chee, avec Ole Mikkelsen à Copenhague, Jan Schwartz à Hambourg, Caroline Copley et Katharina Bart à Zurich et Gus Trompiz à Paris; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • y.batard le mardi 3 juin 2014 à 16:56

    l'homme moderne et la vertu...quant à la commission européenne, n'en parlons pas: peut-être enclenchent-ils des procédures lorsqu'ils ne reçoivent pas assez de fonds pour fermer les yeux ?

  • faites_c le mardi 3 juin 2014 à 16:50

    "En novembre dernier, les autorités européennes de la concurrence avaient déclaré soupçonner une entente sur les prix des liaisons maritimes européennes depuis 2009"!!! Je vais donner un scoop aux autorités européennes : les compagnies pétrolières se sont mises d'accord sur le prix des carburants vendus en France si ce n'est en Europe voir dans le monde! Tout le monde sait cela depuis plus de 20 ans mails la commission européenne ne fait strictement rien à ce sujet! Pourquoi?