Madrid voit grimper le coût de ses emprunts à court terme

le
0
Madrid voit grimper le coût de ses emprunts à court terme
Madrid voit grimper le coût de ses emprunts à court terme

par Paul Day

MADRID (Reuters) - Le coût des emprunts à court terme de l'Etat espagnol a bondi à son plus haut niveau depuis 1997 lors d'une adjudication qui s'est tenue mardi dans un climat de craintes que l'Espagne ne soit contrainte d'avoir recours à une aide internationale.

Les taux de rendement des obligations de Madrid à dix ans se traitent au-dessus du seuil de 7% jugé intenable.

Cette envolée des taux à long terme sur le marché secondaire a placé l'adjudication de plus de trois milliards d'euros de bons du Trésor espagnols au centre de l'attention, en attendant l'émission d'un à deux milliards de papier à moyen terme jeudi.

La demande s'est avérée soutenue et le gouvernement a pu réaliser son objectif en termes de montant. Mais le rendement du papier à 18 mois s'est établi à son plus haut niveau depuis novembre dernier, alors que le papier à 12 mois a été émis à son plus haut niveau de rendement depuis la création de l'euro.

"Les rendements sont à plus de 5% sur les deux lignes, ce qui nous ramène à novembre 2011, alors que les marchés étaient en plein désarroi et que la BCE a été forcée d'intervenir", souligne Peter Chatwell, stratégiste taux au Crédit agricole.

Le Trésor espagnol a adjugé 2,40 milliards d'euros de bons à 12 mois avec un rendement moyen de 5,074%, contre 2,985% lors d'une précédente opération de même maturité le mois dernier.

Madrid a également placé 640 millions d'euros de bons à 18 mois à un rendement moyen de 5,107%, contre 3,302% précédemment.

En revanche, la demande s'est améliorée, avec taux de couverture à 2,2, contre 1,8 précédemment, pour l'opération 12 mois et à 4,4 contre 3,2 pour l'opération à 18 mois.

Mais Madrid sera confronté à un test plus difficile jeudi, avec une adjudication de titres à deux, trois et cinq ans.

Pour renflouer les banques espagnoles en grandes difficultés, les ministres des Finances de la zone euro ont convenu le 9 juin de leur prêter jusqu'à 100 milliards d'euros.

L'Espagne est entrée dans sa seconde phase de récession depuis 2009 au premier trimestre et la plupart des économistes s'attendent à ce que l'économie de la quatrième puissance européenne continue à se contracter au moins jusqu'en 2013.

Les conditions de l'adjudication espagnole tranchent avec une adjudication danoise à échéance 2014 qui s'est faite à des taux négatifs ce mardi.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant