Madrid mise sur Pékin pour racheter sa dette

le
0
Le vice-premier ministre chinois, Li Keqiang, a entamé mardi une visite de trois jours en Espagne, pour manifester son soutien financier au pays. La Chine est déjà le plus important détenteur étranger de dette espagnole.

«Bienvenido Mr Li !» En parodiant le titre du grand classique du cinéaste Luis Berlanga (Bienvenue Mr Marshall, 1953), le journal économique Expansion illustrait, mardi, les espoirs de l'Espagne. Ce n'est plus de Washington ni même de Bruxelles que Madrid attend son salut, mais d'un vice-premier ministre chinois, Li Keqiang, qui entamait mardi une visite de trois jours en Espagne.

La veille de son arrivée, Li publiait une longue tribune dans le quotidien El Pais, dans laquelle il s'engageait à continuer d'acquérir la dette publique espagnole. Une excellente nouvelle pour Madrid, qui paie chaque mois des taux d'intérêt plus élevés pour se financer. En décembre 2010, les obligations à 10 ans ont trouvé preneur à 5,49 % et celles à 15 ans à 5,97 %. Des taux inédits depuis l'an 2000.

La Chine tire un double avantage de son investissement. D'une part, elle place ses excédents commerciaux à un taux rémunérateur, sans prendre de risques excessifs. L'Espagne et ses 4

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant