Madrid : les vigiles du métro invités à contrôler «les homosexuels»

le
0
Madrid : les vigiles du métro invités à contrôler «les homosexuels»
Madrid : les vigiles du métro invités à contrôler «les homosexuels»

«Contrôlez en priorité les homosexuels, les mendiants ou les musiciens». Voilà ce que demande un employé du métro de Madrid (Espagne) dans un courrier transmis aux vigiles de l'entreprise chargée de la sécurité. Le document a été révélé ce jeudi en Espagne, ce qui a provoqué la colère des syndicats et de la direction du métro de Madrid. 

«Une enquête interne a été ouverte par la direction dès qu'elle a pris connaissance de ce document», a déclaré une porte-parole du métro de Madrid. «C'est lamentable et nous allons prendre une série de mesures pour identifier les responsables», a-t-elle ajouté, précisant que le directeur général du métro rencontrerait lundi les associations de défense des homosexuels pour «présenter personnellement des excuses».

Une personne identifiée et suspendue

«Une personne a été identifiée. Une procédure disciplinaire va être ouverte à son encontre. Ce n'est pas un document officiel. C'est un courrier d'un employé qui l'a envoyé à l'entreprise de sécurité», a assuré la porte-parole du métro de Madrid. «Nous voulons savoir qui sont les supérieurs hiérarchiques qui n'ont pas vu (ce document) ou qui ont donné leur accord» pour sa diffusion, a-t-elle dit.

Mais pour le syndicat UGT, il s'agit bien «d'un document officiel» figurant parmi les feuilles de route fournies aux agents de sécurité. «Ce sont des documents internes envoyés aux groupes de sécurité pour préciser leur parcours et qu'ils demandent leurs billets aux musiciens, aux mendiants et aux homosexuels», a assuré Teodoro Pinuela, un porte-parole de l'UGT-Madrid pour les transports.

«Les agents s'y sont opposés fermement parce qu'ils doivent contrôler tout le monde. Et pourquoi pas les nonnes et les curés ?», lance encore Teodoro Pinuela. Le collectif des Lesbiennes, Gays, Transexuels et Bisexuels de Madrid (Cogam) a exprimé sa «surprise et son indignation» face à ces consignes portant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant