Madrid cherche des Européens pour acheter ses logements

le
0
Alors que 696.000 logements achevés restent officiellement invendus dans le pays, le gouvernement lance une campagne pour redonner envie aux étrangers d'investir dans la pierre.

Redorer le blason d'un immobilier espagnol sinistré. Une mission délicate alors que les prix ont chuté de 20 % depuis l'éclatement, en 2008, de la bulle. Dans le pays, 696.000 logements achevés restent officiellement invendus. Alors, pour redonner envie aux étrangers d'investir dans la pierre espagnole, le gouvernement lance, haut les c½urs, une campagne, Investinspain. Objectif : prouver que l'immobilier quitte une phase d'«ajustement» pour une autre, de «récupération». La secrétaire d'État au Logement, Beatriz Corredor, part en «tournée», à l'assaut d'«investisseurs potentiels », de «soutiens influents». Après Londres, avant Francfort, Moscou et Stockholm, elle plaidait cette semaine à Paris, à la résidence de l'ambassadeur d'Espagne. Morgan Stanley avait, entre autres, répondu à l'invitation.

La banque estime par ailleurs que les prix en Espagne baisseront encore, de 10 %, cette année. Au désespoir des 85 % d'Espagnols propriétaires. Loin de Paris et de sa persistante folie des grandeurs, c'est malgré tout, insiste Beatriz Corredor, «le moment parfait» pour s'offrir une résidence sous le soleil ibère. Avec 491 000 transactions en 2010, le marché n'est, promet-elle, «plus gelé ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant