Madagascar : la peste a déjà fait 39 morts

le
0
Madagascar : la peste a déjà fait 39 morts
Madagascar : la peste a déjà fait 39 morts

La peste connue depuis l'Antiquité n'a jamais disparu de la planète*. Cette année, Madagascar y est particulièrement confrontée. Quatre-vingt six personnes ont attrapé cette maladie et 39 sont décédées depuis septembre dont plus d'une vingtaine ces derniers jours. Ce problème sanitaire, qui surgit en pleine campagne électorale, alimente une instabilité socio-économique que la crise politique qui s'éternise depuis début 2009 n'a pas arrangée. Les Malgaches sont appelés aux urnes vendredi 20 décembre pour le deuxième tour de l'élection présidentielle couplé aux législatives.

L'épidémie, qui concerne cinq districts sur 119, est propagée par les rats poussés vers les habitations notamment par la déforestation incontrôlée de l'île, dans un pays ravagé par la pauvreté et une invasion de criquets sans précédent cette année. Un médecin de la direction générale de la Santé à Antananarivo, la capitale, a précisé que 90% des cas prenait la forme de la peste pulmonaire qui est plus grave que la forme plus répandue -la peste bubonique ou peste noire- car elle peut tuer en trois jours. Elle peut aussi se transmet par voie aérienne d'homme à homme, par l'inhalation des gouttelettes expectorées par les malades.

Le premier décès déclaré quelques semaines plus tard

Le premier décès est survenu dans un village en pleine forêt à 150 kilomètres de la localité de Mandritsara (nord), accessible en moto puis à pied. La personne est morte avant le mois de novembre, mais son décès n'a été déclaré officiellement que le 23 novembre. Le ministère a invité la population à «consulter en cas de fièvre, migraine». «Il y a des médicaments pour traiter cette maladie et les soins sont gratuits», a-t-il ajouté. Les antibiotiques traitent l'infection.

Des feux de brousse très politiques

«Cette année, il y a une recrudescence des feux de brousse», selon le directeur général des forêts au ministère de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant