Madagascar : l'élection présidentielle déjà endeuillée

le
0
Madagascar : l'élection présidentielle déjà endeuillée
Madagascar : l'élection présidentielle déjà endeuillée

Le sang a déjà coulé sur «l'île rouge» en pleine transition démocratique. Un « chef de district a été tué dans un bureau de vote du sud de Madagascar vendredi matin, quelques heures après le début du premier tour de l'élection présidentielle. «A Benenitra, vers 6h30 du matin, un chef de fokontany (ndlr. district malgache) a été tué au bureau de vote. Les gens ont paniqué, ce qui a interrompu l'élection. Mais on a déplacé le bureau de vote. Au moment ou nous parlons, l'élection a repris son cours normal», a indiqué une source gouvernementale.

Deux autres incidents ont été rapportés, l'enlèvement d'une personne dans un bureau de vote dans la commune de Bezaha, dans le sud du pays, et l'incendie d'un autre bureau de vote à Tsaratanana, dans le nord. A chaque fois, selon la source contactée par l'AFP, le bureau de vote a été déplacé et l'élection a repris son cours normal. Partout ailleurs, l'élection présidentielle a débuté dans le calme.

Sortir de la crise politique héritée du coup d'état

Près de huit millions de Malgaches sont appelés à participer au premier tour d'une élection présidentielle qui vise à sortir le pays de la grave crise déclenchée par le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009. Trente-trois candidats s'affrontent au premier tour.

«Ce vote est pour l'instant pacifique et très calme. Nous n'avons pas eu de protestation, de plainte de la part des délégués des partis politique. (...) Il n'y a pas de problème majeur dans ce processus électoral», avait affirmé la chef de la mission des observateurs européens, Maria Muniz de Urquiza, cinq heures après l'ouverture des bureaux et quelques minutes avant l'annonce des incidents violents.

«Comme tout début il y a quelques couacs parfois, mais ces couacs ne sont pas en mesure de remettre en question le processus. Espérons que ça va continuer», a commenté de son côté la représentante des Nations Unies à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant