Madagascar : épidémie de peste, la capitale Antananarivo touchée

le
0
Madagascar : épidémie de peste, la capitale Antananarivo touchée
Madagascar : épidémie de peste, la capitale Antananarivo touchée

C'est un pays à nouveau en proie à l'un de ses pires fléaux. La ministère de la Santé malgache a communiqué lundi soir des chiffres inquiétants sur la peste, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait annoncé vendredi la réapparition dans l'île : 138 cas suspects depuis janvier, dont 47 mortels. Un bilan qui pourrait s'alourdir du fait de la «recrudescence saisonnière» observée chaque année «entre octobre et mars».

L'arrivée récente de la peste dans la capitale, Antananarivo, où prolifèrent rats et puces, inquiète. «Il y a maintenant un risque d'un rapide développement de la maladie» en raison de «la haute densité de population dans la ville» et des «faiblesses du système de santé», a averti l'OMS, qui avait fait état vendredi de 119 cas de peste dans le pays cette année, dont 40 mortels. En 2013, des dizaines de morts avaient déjà été attribués à ce fléau, sans toutefois toucher Antananarivo.

Premiers cas en dix ans

Dans la capitale de deux millions d'habitants, deux cas mortels ont été cette fois signalés, dont celui d'une jeune femme de 21 ans, le 11 novembre, dans le quartier insalubre d'Ankasina, où les habitations s'empilent entre marécages et rizières. Dans ce bidonville, les habitants restent incrédules.

«On vit ici depuis 1975, avec les mêmes conditions de vie, alors pourquoi c'est aujourd'hui qu'on a la peste ?», s'interroge Bernadette Rasoarimanana, la mère de la victime. «On doit l'admettre, notre quartier est vraiment sale et délaissé par l'Etat, envahi par les rats, et cela depuis longtemps», soupire Adolphe Rakotojaona, un voisin.

Le dernier cas de peste dans la capitale remonte à dix ans, selon Christophe Rogier, directeur général de l'Institut Pasteur de Madagascar. «Il est possible que la peste ait continué à circuler à Antananarivo pendant dix ans, sans qu'elle ne touche les humains», avance-t-il. En revanche, les rats qui pullulent dans les bas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant