Madagascar : 38 morts dont 15 enfants et un bébé, lors d'une pendaison de crémaillère

le
0
Madagascar : 38 morts dont 15 enfants et un bébé, lors d'une pendaison de crémaillère
Madagascar : 38 morts dont 15 enfants et un bébé, lors d'une pendaison de crémaillère

 Un toit de chaume qui prend feu et une porte qui ne s'ouvre pas dans le bon sens ont transformé une maison en un piège dramatique, ce week-end, à Madagascar. Trente-huit personnes dont 16 enfants, sont morts dans l'incendie accidentel d'une maison qui s'est déclaré lors d'une pendaison de crémaillère dans un village du centre de l'île. La plus jeune victime est un bébé de six mois. 

 

L'horreur s'est produite dans le village d'Ambalavato dans le district d'Ikalamavony. Une fête était organisée après la finition de la réhabilitation d'une maison ancestrale au toit de chaume qui s'est enflammé dans la nuit de samedi à dimanche. Attisé par le vent, le feu qui alimentait un four construit dans la cour de la maison s'est d'abord propagé à une petite cabane en paille de riz, avant d'embraser le toit de la maison principale, a précisé Herilalatiana Andrianarivosona, le responsable de la communication de la gendarmerie à Antananarivo.

 

Seul un garçon a survécu

 

De nombreux membres de la famille du propriétaire avaient fait le déplacement pour cette crémaillère. Parmi les victimes, se trouvent l'épouse et sept des enfants du propriétaire de la maison, qui lui ne se trouvait pas dans la propriété au moment du drame. « Sur les 39 occupants de la maison, 38 ont péri », a expliqué  la gendarmerie. Seul un garçon de 14 ans a pu échapper aux flammes, en sautant par la fenêtre. 

 

Deux habitants venus au secours des victimes ont été grièvement brûlés. Dans la précipitation, les invités se sont agglutinés derrière la porte d'entrée sans parvenir à la déverrouiller. « Ils l'ont poussée vers l'extérieur, alors qu'elle s'ouvrait vers l'intérieur », selon le commandant Herilalatiana Andrianarivosona.

 

« Les invités sont restés pour la nuit dans la maison », a expliqué le commandant Herilalatiana Andrianarivosona, à cause de l'insécurité dans la région, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant