Macron veut aller jusqu'au bout des réformes

le
3
Macron veut aller jusqu'au bout des réformes
Macron veut aller jusqu'au bout des réformes

C'est l'homme que Le Pen et Mélenchon aiment détester, le renvoyant à son image de « banquier » comme si c'était un gros mot. Le social-libéral dont le PS « canal historique » se méfie, le réformateur que la droite accuse de lui piquer ses idées. Cette semaine, les Français ont vraiment appris à connaître Emmanuel Macron, jeune ministre de l'Economie de 36 ans au parler cash et aux idées chocs. Et, loin des flèches du « microcosme », ils l'apprécient. Avec 58 % de bonnes opinions selon notre sondage exclusif Odoxa, Macron réalise un des meilleurs scores des personnalités politiques testées depuis un an... et il peut se flatter d'une cote de popularité dont aucun autre ministre, excepté Najat Vallaud-Belkacem, n'oserait rêver. « Mais attention, nuance Gaël Sliman, d'Odoxa, cette réussite est fragile, car très bientôt il lui faudra aussi avoir des résultats. »

En attendant, il a occupé le devant de la scène politique, avec un credo : s'il n'en reste qu'un pour réformer le pays, entre la valse-hésitation d'un Hollande à l'oeil déjà vissé sur 2017 et la prudence d'un Valls guetté au tournant par sa majorité frondeuse, il sera celui-là. Mercredi dernier, dévoilant à Bercy sa future loi « pour l'activité », le docteur Macron a dénoncé les trois « maladies » de la France : « la défiance, la complexité et le corporatisme ». Sarkozy, Fillon et les plus libéraux à droite n'auraient pas dit mieux, ou pire selon les points de vue ! Et ce docteur a sa potion : travailler plus le dimanche et le soir, pourfendre les monopoles des huissiers, notaires et pharmaciens... Mais il y a aussi ces ballons d'essai lancés çà et là, sur les 35 h ou la mise en cause de l'assurance chômage. Propos qui fâchent à gauche, du coup régulièrement tempérés ou démentis, mais dont on sait bien qu'ils traduisent, chez Macron comme d'ailleurs chez Valls, une vraie conviction qu'ils mettront peut-être un jour à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6832035 le dimanche 19 oct 2014 à 11:32

    Il va aller "au bout" de ses réformes comme on va au bout du précipice, on devine ce qui se passe ensuite, c'est tous les français qui vont tomber dedans!

  • M6832035 le dimanche 19 oct 2014 à 11:12

    Pour aller au bout de ses réformes, encore faudrait-il qu'il en entreprenne de vrais et qu'on (ne pas confondre avec c..) le laisse faire !

  • mlaure13 le dimanche 19 oct 2014 à 10:02

    Il ne sait sans doute pas ce qui l'attend...Bon courage quand même !...:-)))