Macron : un programme qui pioche dans chaque camp

le
1
Macron : un programme qui pioche dans chaque camp
Macron : un programme qui pioche dans chaque camp

Emmanuel Macron est-il de gauche ou de droite ? Si le candidat n'a pas encore de programme, il a néanmoins ébauché, au fil de ses interviews et meetings, nombre de propositions. Et pas seulement dans le domaine économique. Ces mesures permettent-elles de le situer sur l'échiquier politique ?

 

Pas si simple, répondent les experts que nous avons interrogés, l'économiste libéral Robin Rivaton* et le spécialiste de l'opinion Stéphane Zumsteeg, de l'institut Ipsos. Difficile à classer, souligne ce dernier, « car l'originalité de Macron consiste à surfer sur la nouveauté et la réforme, plus que sur le clivage droite-gauche ».

 

De droite... et de gauche

 

Exemple avec sa proposition de moduler le temps de travail en fonction de l'âge des salariés — il propose que les jeunes fassent plus de 35 heures, et les seniors moins. Une mesure de droite, a priori. « C'est avant tout une mesure de bon sens, pragmatique, analyse Robin Rivaton. On offre à ceux qui le veulent la possibilité de tavailler plus. Mais cela reste une liberté encadrée puisque c'est la loi qui décidera, en fonction de votre âge, si vous pouvez travailler plus. » Alors que les programmes des candidats à la primaire de la droite prévoient la suppression pure et simple des 35 heures, pour tout le monde. Mesure plus franchement de droite, la nationalisation de l'Unédic. « Cela relève même de la droite bonapartiste, ironise Rivaton. On retire la gestion de l'Unédic aux syndicats patronaux et salariés pour la confier au pouvoir. »

 

De gauche, en revanche, sa proposition de financer la protection sociale par l'impôt plutôt que par les cotisations sociales. « Rien de tel pour hérisser l'électorat de droite, qui réclame une baisse massive des impôts, pas des changements dans leur utilisation », souligne le sondeur Stéphane Zumsteeg.

 

Défiance envers les syndicats

 

De manière générale, Robin Rivaton relève un trait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 10 mois

    C'est le poulain du deep state et des banques. c'est pas vraiment un perdreau de l'année.