Macron tacle le patron de Vallourec et défend le rôle de l'Etat actionnaire

le
3

Après avoir joué les pompiers pour le sauvetage d'Areva et de Vallourec, Emmanuel Macron, ministre de l'Economie revient, dans le Figaro, sur le rôle de l'Etat actionnaire qui, selon lui, est actuellement surinvesti dans l'énergie.

Sur Vallourec, le ministre de l'Économie rappelle d'abord que le groupe fait face à «une double crise» : celle du secteur pétrolier qui «provoque un effondrement de ses commandes» et celle «de la sidérurgie européenne, confrontée à des pratiques chinoises de dumping intolérables». Mais il n'est pas pour autant tendre avec la direction du groupe. Alors que Philippe Crouzet vient d'être reconduit à la tête de Vallourec, Emmanuel Macron estime que «la réaction de l'entreprise à ses difficultés a été tardive». «La restructuration s'accompagne d'efforts demandés aux actionnaires, auxquels ne seront pas versés de dividendes, et aux dirigeants, sur leur rémunération», souligne-il également.

En attendant, l'Etat a validé la réorganisation du groupe en participant à l'augmentation de capital de 1 milliard d'euros (apportant 300 millions via Bpifrance) mais aussi en acceptant la suppression d'un millier d'emplois. «Si nous empêchions, aujourd'hui, Vallourec de mener cette restructuration, nous condamnerions (l'entreprise). Ce ne sont pas deux laminoirs qui fermeraient en France mais potentiellement tout le groupe !»

Sur Areva, Emmanuel Macron pointe aussi la gouvernance de l'entreprise. «Il est apparu que la réalité n'était pas celle que l'entreprise, constante dans son optimisme, nous indiquait. Nous avons décidé de changer la gouvernance», explique-t-il en ajoutant :«Nous avons donc décidé de clarifier la gouvernance de la filière nucléaire. Cela a été brutal : la vérité des prix a été faite, et cela a fait très mal. Mais si nous ne l'avions pas fait à ce moment-là, le groupe serait à plat aujourd'hui».

Pas d'Etat actionnaire «imprévisible», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 12 mois

    Quand l'ETAT intervient partout c'est la débacle sur le compte des citoyens. C'est toujours nous qui payons. L'ETAT doit se recentrer drastiquement sur ses fonctions régaliennes ( donc diminuer en volume d'au moins 60%..... il faut trente ans pour changer cela.... et porter ces fonctions au stade supranational... pour une reduction d'encore 30% ......Faisons le dans le meme temps..... pour la gérération qui vient.

  • M6426934 il y a 12 mois

    comment penser que l'on aie si longtemps adoubé une incompétante à la têt d'areva avec la bénédiction de la droite.

  • M6426934 il y a 12 mois

    vallourec était un generaliste dans les tubes ;puis s'est specialise (rentabilite oblige ) mais pas de parachute quand la spécialité décroche .