Macron se dit «le notaire scrupuleux des demandes» des entreprises étrangères

le
4
Macron se dit «le notaire scrupuleux des demandes» des entreprises étrangères
Macron se dit «le notaire scrupuleux des demandes» des entreprises étrangères

Voilà une petite phrase du ministre de l'Economie qui risque de mal passer auprès d'une partie de la majorité. Emmanuel Macron a affirmé ce mercredi à Paris devant un parterre de dirigeants des filiales d'entreprises étrangères implantée en France avoir été «le notaire scrupuleux de (leurs) demandes» pour rendre la France plus attractive.

Il est rentré dans le détail des demandes satisfaites. «Des mesures ont été prises ou annoncées: simplification des visas pour les cadres et leur famille, le passeport talent qui sera traduit dans les prochaines semaines dans la loi et qui permet de faciliter la capacité à embaucher des cadres supérieurs de grands groupes et la simplification du régime dit impatrié».

En 2013, les dirigeants avaient demandé au gouvernement un environnement fiscal plus lisible, un coût du travail allégé et des mesures d'attractivité pour les talents. «Le projet de loi que je porte conduira à la simplification du régime des impatriés fiscaux qui est un point important pour l'attractivité. Je sais que certains auraient voulu aller plus loin, on verra ce que donne le débat parlementaire, ce n'était pas sans poser certaines incertitudes juridiques», a encore dit le ministre de l'Economie, vertement critiqué par l'aile gauche du PS pour sa loi pour l'activité et la croissance, en particulier les députés frondeurs. 

Le projet de loi Macron, présenté le 10 décembre, comprend un article qui rend plus favorable le régime fiscal des «impatriés». Actuellement, un salarié - français ou étranger - qui résidait fiscalement hors de France depuis au moins cinq ans bénéficie, lors de son embauche en France, d'une exonération partielle d'impôt pendant une durée de cinq ans.

40 milliards d'euros d'allègement de charges

Selon le projet de loi, l'exonération sera désormais maintenue si le salarié change de poste, au sein du même groupe. Cet assouplissement a «pour objectif d'envoyer un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le mercredi 17 déc 2014 à 15:00

    Je trouve la comparaison appropriée. La France fait un peu pays de "notaires". Quant à ses hommes politiques , eux ils ont le profil de petits clercs !

  • dupon127 le mercredi 17 déc 2014 à 14:02

    Macron qui a une conception très sélective de la notion de rente, le même qui ne s'est pas aperçu que la fonction publique et le monde politique en regorge...de rentiers.Tant que leur refonte n'est pas entamée, il ne faut pas compter sur le secteur privé pour faire quoi que ce soit !

  • schrett le mercredi 17 déc 2014 à 13:57

    Les misérables : l'industrie est par terre, c'est la faute au notaire ! A vous pour la suite ....

  • M7093115 le mercredi 17 déc 2014 à 13:53

    Pas besoin de " notaire scrupuleux " mais de rénovateur audacieux......