Macron, pas candidat à la présidentielle, veut continuer à Bercy

le
3
    PARIS, 17 juin (Reuters) - Emmanuel Macron a déclaré 
vendredi qu'il n'était pas candidat à la présidentielle et qu'il 
souhaitait rester ministre de l'Economie tout en s'occupant de 
son mouvement politique "En Marche". 
    "Est-ce que je suis candidat à la présidence de la 
République française ? Non", a-t-il dit sur RTL. "Je suis engagé 
au service de l'économie de notre pays, c'est un sujet qui m'est 
cher, je suis par ailleurs engagé sur des projets politiques". 
    "Mon souhait aujourd'hui est de continuer à être ministre de 
l'Economie et responsable d'un mouvement politique qui 
recompose, je l'espère, l'offre française", a-t-il ajouté. 
    Interrogé sur les ambitions qui lui sont prêtées de vouloir  
 se lancer dans la course à l'Elysée contre François Hollande, 
Emmanuel Macron a répondu :  
    "Je ne pense pas que ce soit la question que tout le monde 
se pose (...) La présidence de la République n'est pas une 
course d'ego. Nos concitoyens veulent savoir s'il y a des 
responsables politiques capables de régler leurs problèmes et 
ils veulent comprendre quelle est leur vision pour le pays". 
    "J'ai rejoint la vie politique française pour faire ça. Les 
questions du microcosme pour savoir si je suis Coluche, Brutus 
ou que sais-je, ce sont vos questions", a-t-il ajouté à 
l'adresse des journalistes de RTL qui l'interrogeaient. 
    Même s'il est en recul dans les derniers sondages d'opinion, 
une enquête TNS Sofres-One Point pour RTL-Le Figaro-LCI publiée 
jeudi montre que le ministère de l'Economie est considéré par 
les Français comme le meilleur candidat de la gauche dans la 
perspective de la présidentielle, que François Hollande se 
présente ou non. 
     
     
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Pierre Sérisier) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 17 juin 2016 à 09:51

    Dans 300 jours il sera aux oubliettes avec ses copains socialos !!!! Alors je me demande ce qu'il compte continuer....à Bercy.

  • mlaure13 le vendredi 17 juin 2016 à 09:44

    "Le sujet (...) n'est pas de savoir si on arrive à être plus compétitifs, si on doit ouvrir tel ou tel marché", a-t-il dit. "C'est de savoir si on arrive collectivement à vivre mieux".......et toute l'affaire est bien la...et quoiqu'il arrive, les britanniques auront eu le mérite de fouler la fourmilière...:-)))

  • mlaure13 le vendredi 17 juin 2016 à 09:44

    C'est normal...quand un "politique" parle vrai...:-)))