Macron ou le débat dépassé des 35 heures

le
10
Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Économie, a déjà lancé une polémique à gauche.
Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Économie, a déjà lancé une polémique à gauche.

François Hollande l'a dit dans son interview du 14 juillet : "Nous avons simplifié un certain nombre de dispositifs du Code du travail. Je vous rappelle qu'il y a eu un accord qui a modernisé le marché du travail. (...) On peut aller plus loin." Son ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée et nouveau ministre de l'Économie Emmanuel Macron a visiblement des idées sur le sujet. "Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches, dans le cadre d'accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunérations. C'est déjà possible depuis la loi de juillet 2013, mais sur un mode défensif, pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre ce dispositif à toutes les entreprises, à la condition explicite qu'il y ait un accord majoritaire avec les salariés ?" a interrogé l'ancien banquier de 36 ans et artisan du pacte de responsabilité dans une interview accordée au Point, juste avant sa nomination.Lire notre interview exclusive d'Emmanuel Macron Une petite phrase qui déclenche déjà une tempête à gauche. Le secrétaire d'État aux Affaires européennes, Harlem Désir, a tenu à assurer qu'"il n'y a pas de projet de remise en cause des 35 heures". Et les services du Premier ministre que Manuel Valls "n'a pas l'intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures". Les 35 heures, déjà assouplies Pour Gilbert Cette, économiste à l'université d'Aix-Marseille et ancien...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lemeri38 le vendredi 29 aout 2014 à 10:05

    en quoi est ce choquant pour l'aile gauche de laisser faire aux gens ce qu'ils ont envie de faire dans la mesure ou c'est négocié ? plus je regarde en détails les idées de gauche plus je m'aperçois que tout est arrêté et figé et que cette idéologie ne laisse plus aucune place a la liberté...

  • froggy83 le vendredi 29 aout 2014 à 09:53

    idem12, avez-vous regardé ce qu'il se passe ailleurs qu'en petite France ? Pas de 35 heures, pas de grèves intempestives pour faire ch. les usagers... On en rit jaune, à l'étranger! Alors l'humain, oui, il vaut mieux un humain qui travaille 40h+ qu'un tournant en rond chez lui en se rongeant les ongles parce qu'il ne peut retrouver du travail et finir le mois, non?

  • frk987 le vendredi 29 aout 2014 à 08:23

    Pour Idem12 : certes, je comprends votre point de vue, mais si votre entreprise privée (bien évidemment sont exclues administrations et parapublic) fait des mauvaises affaires, le premier perdant c'est le salarié licencié. Je ne vous expliquerais pas que trouver du boulot après 45 ans relève du parcours du combattant, et même de mission impossible.

  • glaty le vendredi 29 aout 2014 à 08:17

    Il a voulu faire avancer les choses,car il a voulu laisser le choix aux salariés de travailler plus de 35 heures ou pas, voila qu'il se fait "BRIDER" par sa hiérarchie , encore un qui ne pourra rien faire sans l'accord de ses maitres et la spirale infernale de la crise qui ne verra pas le bout avant longtemps à cause de l'entêtement s tupide de l'exécutif...Je suis sure que Les prochaines élections présidentielles auront raison de leur inactivité.La population en a plus qu'assez de ces gens la.

  • idem12 le vendredi 29 aout 2014 à 08:06

    haa les diatribes contre les 35 heures, il y avait longtemps :) je vois que jusqu'à présent les intervenants parlent de l'entreprise (en encore de certaines) mais l'humain là-dedans ? ha oui c'est vrai en dehors de l'entreprise on s'en fout...

  • frk987 le vendredi 29 aout 2014 à 07:58

    Et re-suite : quant à prétendre que ces 35h ont généré de l'emploi, c'est méconnaitre complètement le fonctionnement d'une boutique. Pour l'encadrement ce qui n'a pas été fait en heures bureau le sera le samedi ou le soir. Donc le bon sens serait de revenir aux 40h.

  • frk987 le vendredi 29 aout 2014 à 07:53

    suite : j'ajouterais aussi que globalement le salarié fait le même travail en moins de temps, ce qui génère tensions, fatigue et supprime le temps plus ou moins libre nécessaire à la cohésion des groupes.

  • frk987 le vendredi 29 aout 2014 à 07:50

    Très perverses ces 35h, j'en ai profité un max car j'ai eu la chance d'avoir fait ma carrière avant la mise en œuvre, par contre faire une carrière avec cette barrière est un handicap majeur pour le jeune salarié. Cela génère trop d'absences, et l'absence est toujours mortelle en entreprise.

  • b.renie le vendredi 29 aout 2014 à 07:32

    Le budget de l'Etat ne serait pas mis à contribution.

  • b.renie le vendredi 29 aout 2014 à 07:31

    Pour redonner de la compétitivité au secteur marchand : ce qui relancerait l'activité si on y réussit, il suffit de porter la durée hebdomadaire du travail de 35h à 40h sans modification de rémunération pour aucun acteur du secteur. Les macro équilibres de l'économie resteraient inchangés, les entreprises retrouveraient les marchés extérieurs par la baisse du prix de revient. On a réduit le temps de travail à 35h sans baisser les salaires. On peut rétablir la situation dans les mêmes conditions.