Macron, indésirable à La Rochelle, espéré au ministère du Travail par le Medef

le
1
Macron, indésirable à La Rochelle, espéré au ministère du Travail par le Medef
Macron, indésirable à La Rochelle, espéré au ministère du Travail par le Medef

Emmanuel Macron n'ira sans doute pas à La Rochelle ce week-end. Le ministre de l’Économie n'a pas reçu son carton pour l'université d'été du Parti socialiste, rendez-vous annuel qui signe la rentrée du parti à la rose et permet aux personnalités de mesurer leur popularité auprès des militants, toujours nombreux.

S'il n'a pas son bristol, c'est officiellement, assure la rue de Solférino à RTL, parce qu'il n'adhère plus au PS depuis 2009. Une affaire de fichiers, donc. Pourtant, assure ce mercredi matin un Michel Sapin gêné, « chacun vient à La Rochelle s'il en a envie. J'y serai d'ailleurs ».

Si sa présence soulève si peu de chaleur, c'est surtout parce que, ancien banquier chez Rothschild, riche, social-libéral, et ne s'étant pas encore confronté aux électeurs, Macron fait grincer dans son camp, et particulièrement les bouillonnants jeunes adultes du MJS, ceux qui lèvent le poing en entonnant L'Internationale à tout propos. Surtout après le passage en force de sa loi pour la croissance et l'activité, dont certaines mesures ont été plus combattues à gauche qu'à droite, il pourrait essuyer des sifflets.

Issu du MJS, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis ne cache pas son peu de sympathie à l'égard de l'un des ministres les plus populaires du gouvernement. Interrogé sur la rumeur qui attribuerait l'Emploi au locataire de Bercy, en remplacement de François Rebsamen en partance pour Dijon, le premier secrétaire du PS a fait preuve d'ironie. « Il fait déjà beaucoup de choses, ne le surchargeons pas », a-t-il lâché du bout des dents sur iTélé. « Il a du talent mais pas au point de porter la totalité de la politique gouvernementale », a-t-il ajouté.

Gattaz fait l'éloge de Macron

Président du Medef, Pierre Gattaz, lui, semble ravi de cette possible nomination. Car le portrait qu'il dresse du ministre du Travail idéal est une définition en creux et tout en louanges d'Emmanuel Macron. Pour le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4118344 le mercredi 26 aout 2015 à 10:19

    le ps ne represente plus rien, comme l'Ump, la gestion du pays se fait ailleurs.