Macron fustige les «jeux d'appareil» et la «politique des fainéants»

le
2
Macron fustige les «jeux d'appareil» et la «politique des fainéants»
Macron fustige les «jeux d'appareil» et la «politique des fainéants»

Emmanuel Macron ne cache rien de son amertume. Dans une interview au «Monde», le ministre de l'Economie revient sur les soubresauts politiques autour de son projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, finalement imposé au Parlement via l'article 49-3.

Toujours convaincu qu'il aurait pu l'emporter avec un vote -«dans les derniers comptages, on passait à quelques voix»- il assure que son texte «a été pris en otage». «Ou, en tout cas, qu'il a été pris dans des logiques politiciennes, indépendamment du travail du fond qui avait été accompli.»

Macron tance l'opposition. «Beaucoup de gens au centre-droit et à droite pouvaient se reconnaître dans ce texte, ils le disaient d'ailleurs», jure-t-il. Mais l'UMP n'avait aucune intention de donner le moindre coup de pouce au gouvernement. Ce qui fait dire aujourd'hui au ministre que «la logique partisane, en particulier à l'approche des élections départementales, a été telle que seuls ceux qui n'avaient rien à perdre ont eu le courage de la dépasser». Il accuse : «Les autres se sont pliés à la discipline de parti.»

Il déplore «une dynamique très politicienne»

Le locataire de Bercy n'est pas moins sévère avec son camp, alors que les frondeurs socialistes ont annoncé le matin du vote leur intention de voter contre le texte dans leur «grande majorité». Il regrette que se soit «cristallisée une dynamique très politicienne, avec quelques parlementaires qui ont eu des réflexes de congrès sur ce texte et qui ont pensé qu'il s'agissait d'une motion de parti».

Macron fustige l'attitude de Benoît Hamon qui «avait simplement besoin d'un prétexte pour installer son vote contre», mais aussi le PS qui n'a pas «joué son rôle de régulateur entre les forces en présence».

Il charge : «Je pense qu'il y a une politique de fainéants et il y a la politique des artisans. Moi je fais la politique avec les artisans et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3471517 le vendredi 27 fév 2015 à 08:38

    L'opposition n'avait aucune raison de soutenir un texte de mesurettes alors que la situation est catastrophique. Mais certains députés étaient près à voter pour et compenser ainsi les divisions de la majorité et du PS. Le gouvernement n'a pas voulu de vote et pas voulu du soutien de l'opposition. Il y a donc une grande malhonnêteté à critiquer l'opposition sur ce sujet.

  • s.thual le vendredi 27 fév 2015 à 00:44

    c est quoi une politique de faineiants , depuis l election du president ,,,a part le mariage pour tous et quelques mesurettes qu y a t il eu de fait pour au moins ressembler économiquement a nos partenaires europeen, les resultts sont la et la credibilite du gouvernement jamais reconnue meme au lendemain des election elle était déjà contestee ,,alors le reste a bla bla ,des postures des annonces contrannonces revirements retraits etc le peuple est devenu trop accessoires pour vous !