Macron en vedette de foire à Châlons-en-Champagne

le , mis à jour à 06:54
0
Macron en vedette de foire à Châlons-en-Champagne
Macron en vedette de foire à Châlons-en-Champagne

« Il y a un Pokémon rare ? » interroge une jeune fille, interloquée devant l'empressement de la foule. Sautant par-dessus des tables, bousculant les étals, les journalistes comme les badauds armés de smartphones impressionnent. Ce jeudi, à la foire de Châlons-en-Champagne, la frénésie a un nom : Macron.

 

Le ministre tout juste démissionnaire a refusé d'annuler ce rendez-vous inscrit de longue date sur son agenda. C'est dans les allées du plus important événement agricole de l'est de la France, rassemblant chaque année 250 000 visiteurs, que le leadeur d'En marche ! a décidé de faire ses premiers pas hors du gouvernement. « Je suis venu pour être au contact avec une France rurale en difficulté, pour écouter la vraie vie des vraies gens, précise-t-il d'emblée. Il n'y aura pas d'annonce. » Pas question d'évoquer ses envies élyséennes, l'homme assure vouloir faire les choses dans « le bon ordre. » « Il se laisse deux mois où nous allons enchaîner deux à trois déplacements hebdomadaires pour faire un diagnostic du pays, détaille son entourage. Ce n'est que si les gens trouvent que ce qu'il propose est nouveau, pertinent et que cela peut marcher qu'il prendra sa décision, fin octobre. »

 

Incident... puis selfie

 

Encouragé par quelques applaudissements, l'ancien ministre laisse pourtant peu de doute quant à son appétit pour la course à venir. « Battez-vous, on a besoin de vous ! » ose un exposant. « Ne vous inquiétez pas, c'est bien pour ça que je suis là », répond l'intéressé. En fin de journée, chaleur aidant, une femme d'une soixantaine d'années laisse exploser sa colère à la vue du cortège : « Vous êtes tous pareils, des bouffe-pognon. J'ai 64 ans, j'ai travaillé toute ma vie et je suis pauvre ; alors que vous, vous êtes plein aux as. » L'incident se résoudra finalement par un selfie.

 

Plus ministre, pas encore candidat, Macron a terminé ce premier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant