Macron «en désaccord» avec Aubry défend sa politique

le
14
Macron «en désaccord» avec Aubry défend sa politique
Macron «en désaccord» avec Aubry défend sa politique

Après avoir fait entendre à plusieurs reprises sa «petite musique» depuis la rentrée, Martine Aubry donne de la voix ce dimanche. La maire de Lille se positionne comme recours pour le Parti socialiste, en lançant de vives critiques contre la politique économique menée par François Hollande et Manuel Valls dans un entretien au Journal du Dimanche. S'affichant comme chef de file des députés PS frondeurs, elle appelle à «en finir avec les vieilles recettes libérales».

Face à l'offensive de l'ancienne patronne du parti, le Premier ministre assure qu'il a «les nerfs solides» et appelle à l'«apaisement». Mais une fois de plus, les propos de Martine Aubry semblent cristalliser les divisions au sein du parti. Emmanuel Macron a fini par répondre dans la soirée en expliquant «respecter» l'ancienne ministre mais être «en désaccord avec son analyse».

A droite, on compte les points et on ironise sur «les recettes du passé». Entre Aubry et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, a choisi.

Valls : «Comptez sur moi pour avoir les nerfs solides.» Même pas mal. Le Premier ministre a répondu indirectement aux attaques de Martine Aubry, sans la citer. Selon lui, «le débat fait partie de notre ADN, nous sommes capables de le pousser dans des extrémités incroyables : quelle est notre identité ? Quel doit être notre rapport au pouvoir, aux institutions ? Comment faire vivre notre différence ? Comment construire et faire fonctionner nos alliances ?», a commenté Manuel Valls, à Paris, lors d'un discours devant le Forum républicain du Parti radical de gauche (PRG). Et d'insister : «Certains n'y voient que divisions, clivages, manoeuvres. Mais je crois que c'est une force quand ces questionnements nous permettent de tirer des enseignements qui nous renforcent. (...) A gauche, nous avons toujours considéré la diversité comme une richesse. Nous la faisons vivre chaque jour, même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 20 oct 2014 à 18:05

    Et pourtant, elle connait le bon chemin Martine, surtout quand elle a un verre dans le nez ...A la tienne Martine !...

  • fbordach le dimanche 19 oct 2014 à 21:05

    La pochtronne parle de vieilles formules... Vraiment certains à gooche n'ont pas peur du ridicule, ceci dit vu l'avalanche de bêtises depuis bientôt deux ans, il ne doit plus tuer!

  • Gary.83 le dimanche 19 oct 2014 à 19:50

    je ne vois vraiment pas comment le PS peut oser prétendre encore continuer la partie ...la France n'est plus bankable !!

  • bordo le dimanche 19 oct 2014 à 19:33

    Un mouvement longitudinal du menton ne constitue pas une preuve de l'existence d'une politique et encore moins d'une colonne vertébrale

  • Gary.83 le dimanche 19 oct 2014 à 19:33

    après Hollande ! on peut tout se permettre...

  • M8252219 le dimanche 19 oct 2014 à 17:54

    Par clientélisme ou par incompétence le PS a lourdement handicapé la France en refusant de faire les réformes structurelles de l'état et du système social français;en ne voulant pas croire ou voire la crise financière lors de leur élection en 2012

  • M5003824 le dimanche 19 oct 2014 à 17:32

    Aubry s'inquiete du peu de chances qu'ont les socialos aux prochaines presidentielles. Elle veut prendre la place ? Avec la casserole des 35 heures qu'elle traine, ses chances sont negatives !!!

  • 2445joye le dimanche 19 oct 2014 à 17:30

    Comme s'il était nécessaire d'avoir les nerfs solides face à cette personne totalement décrédibilisée!

  • M8637171 le dimanche 19 oct 2014 à 17:17

    Il est temps que les citoyens se lèvent et marchent pour le changement de ce système. Une voie est possible adhérer à NOUS CITOYENS.

  • M8637171 le dimanche 19 oct 2014 à 17:16

    la classe politique dans son ensemble est constituée d'incompétents, d'es-crocs, d'ignorants en gestion économique et humaine des entreprises et d'arrivistes.