Macron : Don Quichotte contre les moulins à vent

le
0
Malgré les critiques, Emmanuel Macron poursuit sa marche.
Malgré les critiques, Emmanuel Macron poursuit sa marche.

Les amateurs de symboles, pour ne pas dire de signes du destin, se seraient ré-ga-lés. C'était un matin de grève à la gare de Lyon. Des cheminots furieux contre la loi El Khomri gênaient le trafic : à peine un train sur trois au départ de Paris. Et Emmanuel Macron, grand inspirateur de la première version de ce texte, beaucoup plus libérale que celle soumise au Parlement actuellement, devait se rendre à Lyon. Pour parler de la relance industrielle grâce à l'innovation, des nouvelles technologies.

Jeudi, à 6 h 59, celui qui a mis les syndicats dans tous leurs états avec le plafonnement des indemnités prud'homales et les licenciements économiques a bien failli rester à quai. Un faux départ, d'abord. Juste un retard annoncé. Un non-départ, ensuite. Le contrôleur disait que sa rame serait « terminus gare de Lyon ». Il était trimbalé d'un wagon à l'autre avec sa petite équipe, envisageait le voyage debout, sans place. Et puis la situation s'était arrangée, comme par magie. Le ministre de l'Économie pouvait poursuivre sa route, malgré la grève. Une éclaircie au c?ur d'une semaine maudite.

Car il y a d'abord eu cette histoire de costard. Emmanuel Macron rétorque vertement à deux militants CGT de Lunel, devant les caméras de BFM TV, que « la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler ». Nouvelle contrariété mercredi, avec les informations du Canard enchaîné et de Mediapart sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant