Macron décidément en campagne

le , mis à jour à 06:33
0
Macron décidément en campagne
Macron décidément en campagne

La sono crache une musique publicitaire. Emmanuel Macron gravit les marches qui le séparent de la scène. Il regarde la salle, pleine à craquer. Et sourit. Au moment d'entamer son premier meeting, hier soir à la Mutualité, le ministre de l'Economie savoure. « Ce que nous sommes en train de faire, c'est de commencer à écrire une nouvelle histoire, lance-t-il. Rien ne doit nous arrêter ! » Début d'un discours de plus d'une heure, prononcé à l'aide de prompteurs transparents, comme du stand-up.

 

« Nous avons la ferme conviction que nous pouvons transformer le pays », poursuit-il. Un mot pour François Hollande, auquel il est pourtant en train de griller la politesse en s'exprimant à l'avant-veille du 14 Juillet. Avant d'aborder tous les sujets, façon discours de politique générale. Il s'attarde notamment —  et cela est surprenant — sur l'identité, les racines chrétiennes de la France et la laïcité. Et de s'adresser aux militants de son mouvement, En marche : « Imaginez où nous en serons dans trois mois, dans six mois, dans un an ! » Ovation. Fusent les « Macron président ! » Provocation ? Tel un funambule, Macron a tenté de rebooster ses troupes, de se tailler un costume de présidentiable... mais sans avoir à se déclarer formellement candidat.

 

Clip promotionnel. Trois mille militants et 45 parlementaires gonflés à bloc. Des personnalités, dont l'écrivain Erik Orsenna ou la veuve de Michel Rocard, Sylvie. Rien ne manquait pour donner à la soirée un goût de campagne électorale. Pas même le comité d'accueil de manifestants fustigeant, jet d'œufs à l'appui, sa ligne libérale et la loi Travail.

 

Surprise : Robert Zarader, un très proche de François Hollande, figure dans le public. Soutien ou sous-marin ? Le communicant admet être « Macron-compatible ». L'entourage du ministre le dit venu « par curiosité ». Alexandre Jardin, le créateur du mouvement les Zèbres, est là aussi. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant