Macron choqué par les conditions de départ du patron de Vivarte

le
9

PARIS, 9 avril (Reuters) - Emmanuel Macron s'est déclaré choqué jeudi par le montant des indemnités de départ de l'ancien patron de Vivarte, un groupe qui vient d'annoncer la suppression de près de 1.500 emplois, tout en indiquant qu'il n'entendait pas légiférer sur le sujet. "Evidemment que c'est choquant, évidemment que c'est cette partie de l'économie de marché dans laquelle nous vivons qui est devenue incompréhensible, qui crée des inégalités inexplicables et que vous ne pouvez pas défendre", a dit le ministre de l'Economie sur RTL. Il réagissait à une information du Parisien-Aujourd'hui en France selon laquelle Marc Lelandais, remercié en novembre par les actionnaires de Vivarte, avait touché un peu plus de trois millions d'euros d'indemnités de départ. Le groupe de distribution spécialisée a annoncé mardi un plan social portant sur la suppression de près de 1.500 emplois, pour l'essentiel dans son enseigne La Halle aux vêtements qui accumule les pertes ID:nL6N0X42BV . Pour Emmanuel Macron, la décision est du seul ressort des actionnaires de Vivarte. "L'Etat ne va pas s'immiscer, je ne vais pas faire une loi pour le patron de Vivarte", a-t-il déclaré. Mais "c'est une forme d'éthique de considérer que, quand on est dans une entreprise en difficulté, qu'on a essayé un retournement qui n'a pas totalement marché, qu'en plus on prend des décisions difficiles, il est indécent de toucher ces sommes là." "Je ne dis pas 'on ne peut rien faire', je dis que désapprouver, juger, stigmatiser, c'est aussi progressivement créer une culture commune", a-t-il poursuivi. Les efforts pour redresser l'économie française "auront peu de sens si chacune et chacun ne prend pas ses responsabilités. Ces responsabilités, elles passent aussi par une forme de morale", a conclu le ministre de l'Economie. (Yann Le Guernigou, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.marti4 le jeudi 9 avr 2015 à 12:01

    Qu'il touche 3 millions si la boite est redressée ne me choque pas, mais lorsque la boite coule et qu'il est manifeste que c'est à cause du patron qui n'a pas su prendre les bonnes décisions, alors oui cela me dérange. Ce qui doit être mis en question c'est le contrat de ces patrons quand ils sont embauchés ; l'Etat ne peut pas s’immiscer dans les affaires privées mais les actionnaires le peuvent. PB : les actionnaires majoritaires sont des patrons d'autres boites.

  • miez1804 le jeudi 9 avr 2015 à 11:47

    Et les cumuls des mandats (donc des retraites) des elus ne le choque pas non plus?!

  • ltondu le jeudi 9 avr 2015 à 11:43

    Panou panou ! feu à volonté

  • M4661438 le jeudi 9 avr 2015 à 10:28

    Et les 38 mandats de Jean GERMAIN ne le choquent pas ?

  • M586441 le jeudi 9 avr 2015 à 09:49

    et quand il gagnait des millions à la banque, c'était moral?

  • s.thual le jeudi 9 avr 2015 à 09:48

    dans le monde actuel les plus mauvais touchent gros , ceux qui ne réussissent pas leur mission, on a de beaux exemples dans le gouvernement d ailleurs ! mais eux ne partent pas !en plus ,,,,

  • frk987 le jeudi 9 avr 2015 à 09:31

    Surtout que sur les 3 millions, l'Etat va en récupérer 1,5 sous forme d'impôts...alors de quoi l'Etat se plaint-il ?????????????

  • frk987 le jeudi 9 avr 2015 à 09:29

    Comme tu le dis....ça concerne les actionnaires et non l'Etat...que l'Etat entre au capital......et là il aura son mot à dire.

  • M7097610 le jeudi 9 avr 2015 à 09:25

    il peut être choqué une fois par jour le petit ; ça coûte pas cher et ça fait bien