Macron : ces signes qui ne trompent pas

le
0
Macron : ces signes qui ne trompent pas
Macron : ces signes qui ne trompent pas

Il le répète sans cesse, « le temps de l'incarnation » n'est pas venu. Emmanuel Macron a pourtant l'organisation, le ton, les propositions, d'un candidat. Rien d'une campagne Canada Dry, et tout d'une vraie. Au cours de ces dernières semaines, le président d'En marche ! a bel et bien posé les jalons d'une candidature à la présidentielle de 2017.

 

L'ancien ministre de l'Economie a donné, à guichets fermés, des meetings de présidentiable. Sur une scène installée au milieu du public, s'adressant à chacun grâce à des prompteurs transparents, il a déroulé ses discours préalablement... répétés. Coût de ces réunions : entre 50 000 € et 100 000 €. Macron peut se le permettre. Aux dernières nouvelles, il avait levé 2 M€. « Il est pété de thunes. Ce sont les patrons de start-up qui lui donnent », envie un proche de François Hollande, qui reconnaît toutefois : « Il a tout compris. C'est bien fichu. » La communication est au cordeau. Voire corsetée. « On nous a dit d'éviter de parler aux journalistes pour ne pas faire de déclarations contradictoires », rapporte ainsi un militant.

 

Pour faire tourner sa boutique, Macron peut compter sur une douzaine de permanents installés -- comme Benoît Hamon ! -- dans des bureaux de la tour Montparnasse (Paris XIV e). L'équipe devrait s'étoffer. Des cadres dûment sélectionnés (ils ont subi un « examen de probité ») sont en train d'être formés. L'ex-ministre veut mettre plus en avant certains de ses soutiens, comme le député PS Christophe Castaner ou l'eurodéputée centriste Sylvie Goulard. Il souhaite aussi enrôler l'écologiste Daniel Cohn-Bendit. « C'est quelqu'un avec qui j'ai vraiment envie de travailler », confie-t-il. L'ancien banquier et ancien de SFR Bernard Mourad, proche de l'homme d'affaires Patrick Drahi, donnera un coup de main, notamment en ouvrant son gros carnet d'adresses et en aidant à la levée de fonds. Mais il n'a, en revanche, « pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant