«Machos», «ringards» : haro sur les «343 salauds» défendant la prostitution

le
1
«Machos», «ringards» : haro sur les «343 salauds» défendant la prostitution
«Machos», «ringards» : haro sur les «343 salauds» défendant la prostitution

Un tollé. En s'autoproclamant les «343 salauds», les signataires d'une pétition au titre provocateur «Touche pas à ma pute» ont enflammé ce mercredi le débat sur la prostitution à la veille de l'examen d'une proposition de loi visant notamment à pénaliser les clients. La référence au manifeste publié par le «Nouvel Observateur» en 1971 et signé par 343 femmes affirmant avoir avorté alors que l'IVG était encore passible de poursuites, fait notamment bondir les féministes.

«No comment» pour Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, a fustigé cette pétition contre l'abolition de la prostitution, à paraître dans le magazine «Causeur» de novembre, et signée, entre autres, par Frédéric Beigbeder, Basile de Koch ou Richard Malka. «Les 343 salopes réclamaient en leur temps de pouvoir disposer librement de leur corps. Les 343 salauds réclament le droit de disposer du corps des autres. Je crois que cela n'appelle aucun autre commentaire», a-t-elle lapidairement déclaré lors du compte rendu du Conseil des ministres.

Un commentaire repris presqu'au mot près par la députée UMP de Meurthe-et-Moselle Valérie Debord sur Twitter.Les "343 salopes" réclamaient le droit de disposer de leur corps les "434 salauds" réclament le droit de disposer du corps d'autrui #nuance? Valérie Debord (@DebordValerie) October 30, 2013

A l'autre bout de l'échiquier politique, le Parti communiste français a fustigé cet appel de «343 réacs, sexistes et machistes». «Pour ces messieurs, dont certaines célébrités, le libre-accès à la prostitution fait partie de leur liberté, interdiction d'y toucher! », dénonce Laurence Cohen, du PCF.

Les associations féministes indignées

Côté associatif, Zéro Macho a dénoncé «343 ringards (qui) se battent pour une cause machiste perdue», le «Touche pas à ma ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le jeudi 31 oct 2013 à 13:08

    Chez les copains de DSK, on fait autrement, on ne va pas à la pêche sur le trottoir. C'est dans la ligne de la prolophobie devenue habituelle à gauche.