Macédoine : "Nous en sommes à 4 000 migrants par jour !"

le
0
Des réfugiés, essentiellement venus de Syrie, franchissent la frontière entre la Grèce et la Macédoine le 25 août.
Des réfugiés, essentiellement venus de Syrie, franchissent la frontière entre la Grèce et la Macédoine le 25 août.

Depuis que la Macédoine a décidé de renoncer à contrôler sa frontière avec la Grèce après l'arrivée massive de migrants, en majorité syriens, ce week-end, les homologues européens de Nikola Poposki, le ministre des Affaires étrangères macédonien, lui demandent de rétablir les contrôles dans ce pays de transit vers l'Union européenne. Pas de quoi impressionner ce politicien de 38 ans, qui, dans un français parfait appris à l'université de Rennes, évoque une situation ingérable, qui pourrait durer sans aide européenne. Et cela, à deux jours d'une conférence annuelle sur les Balkans à Vienne où l'accueil des migrants sera au coeur des discussions.

Le Point.fr. : Comment expliquez-vous un tel afflux de personnes en un week-end ?

Nikola Poposki : Depuis le début de l'année, nous avons pris l'habitude de voir entrer près de 500 personnes par jour. La semaine dernière, ce chiffre est passé en l'espace de 24 heures à 2 500, pour atteindre 4 000 personnes par jour pendant le week-end. Pourquoi ? Parce que les Grecs ont reçu beaucoup plus de réfugiés sur les îles. Ils ont fait des navettes qui les ont déposés, non pas à Athènes, mais à Thessalonique, la ville portuaire près de la frontière macédonienne. Naturellement, les flux ont augmenté de manière un peu désorganisée. Surtout qu'une fois déposés à la frontière, les migrants subissent la pression des autorités...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant