Ma Tante lance un prêt santé à 2,95%

le
6
Pour pouvoir se soigner, les Français recourrent de plus en plus au crédit. Le Crédit municipal de Paris, appelé aussi Ma Tante, lance une offre à taux bas et fixe, pour préserver les patients de la spirale du surendettement.

La crise se prolonge, et le pouvoir d'achat s'érode. Et les Français n'ont pas le sentiment que l'avenir sera meilleur bientôt. Qu'ils soient inquiets pour leur avenir ou déjà asphyxiés financièrement, ils ont de plus en plus tendance à remettre à plus tard les dépenses de santé, voire à y renoncer.

Tant pis pour les lunettes cassées, elles resteront rafistolées au scotch encore quelques mois. Et tant pis aussi pour le sourire troué laissé par une dent qui a du être arrachée, le gros millier d'euros nécessaire pour la remplacer par une prothèse est bien loin d'être épargné. Mais, quand il s'agit d'interventions médicales urgentes ou indispensables, certains malades sont obligés de contracter un crédit. Bien souvent, il s'agit de crédits à la consommation accompagnés de taux d'intérêts exhorbitants et/ou variables, qui ont une fâcheuse tendance à embourber le client dans la spirale infernale du surendettement.

Un taux bas et fixe

C'est sur ce constat difficile et lacunaire que le Crédit municipal de Paris, appelé plus communément Ma Tante, a décidé de lancer une offre de prêt à taux bas, et fixe, dont Le Parisien dévoile des détails : elle sera lancée le 2 janvier, et permettra d'emprunter jusqu'à 3000 euros à 2,95%. «Une fois le dossier d'un client étudié, puis avalisé, (...) le prêt pourra être accordé en 48 heures», précise le journal.Contrairement à ses habitudes, Ma Tante ne demande aucun gage en échange. Pas besoin donc, de troquer une vieille dent en or pour se faire poser une couronne .

Une fois le problème du financement réglé, le patient aura les cartes en main pour se soigner. Car, pour 75% des Français, l'accès et la qualité des soins sont satisfaisants dans leur habitat proche, selon une étude du Centre d'études et de connaissances sur l'opinion publique (CECOP) et l'Institut CSA publiée à la mi-octobre. Cette amélioration est non seulement ressentie par les plus démunis (bénéficiaires de la CMU) mais encore plus par les personnes fragilisées par la crise (jeunes, chômeurs, assurés sociaux sans mutuelle).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mdr21 le lundi 17 déc 2012 à 19:10

    Les prêts sur gage de ma Tante à 14% prété sur 10-20% de la valeur des bijoux déposés, c'est du social ça ?

  • mdr21 le lundi 17 déc 2012 à 19:08

    c'est pour cela que rocard est ambassadeur du pôle nord 10 000€ /mois.

  • dub22 le lundi 17 déc 2012 à 17:11

    Commençons déjà par stopper l'AME et utulisons son enveloppe pour aider les français dans le besoin!!!! Les paroles de M. Rocard ne cessent de résonner depuis 1990: "La France ne peut accueillir toute la misère du monde"... sauf à dépouiller ses propres enfants!!!!

  • tibetain le lundi 17 déc 2012 à 14:02

    Et mon oncle oserait il un repas pour les banquiers?

  • 11881561 le lundi 17 déc 2012 à 12:28

    Pas besoin de molaires pour manger LA SOUPE POPULAIRE !

  • lorant21 le lundi 17 déc 2012 à 11:57

    je suis cadre, j'ai une bonne mutuelle mais je n'ai pas remplacé une molaire non plus.. plus que trop cher, un peu inutile..