Ma'a Nonu, la tornade des All Blacks, rejoint Toulon

le
0
Personne n'a oublié i'impact de Ma?a Nonu sur les joueurs français lors de la dernière Coupe du monde de rugby : une puissance qui fait penser au légendaire Jonah Lomu, tout récemment disparu.
Personne n'a oublié i'impact de Ma?a Nonu sur les joueurs français lors de la dernière Coupe du monde de rugby : une puissance qui fait penser au légendaire Jonah Lomu, tout récemment disparu.

Avertissement à ses adversaires?: il n'a jamais perdu un match en France ! En 2007, le RC Toulon pointait encore en Pro D2, loin des rêves «?galactiques?» de Mourad Boudjellal, le nouveau président du club, inconnu alors de l'ovalie. Pourtant, l'audacieux néophyte réussit à convaincre Tana Umaga, légende du rugby des antipodes, de venir s'installer sur la rade. La première star d'une longue liste.

Le pari est gagnant, le club accumule les titres (trois fois champion d'Europe) et la recette est toujours la même. Huit ans plus tard, un autre colosse néo-zélandais débarque à Mayol?: Ma'a Nonu, surnommé «?Young Tana?» à Wellington. Les plus fervents supporteurs se frotteront les yeux pour ne pas voir en lui Tana Umaga. Mêmes dreadlocks, même propension à faire exploser les défenses, un palmarès encore plus riche : le centre ailier de 33 ans n'a rien à envier à son aîné, qu'il a toujours admiré. Découverte de ce joueur atypique, père de trois enfants, qui a décidé de prendre sa retraite internationale après une seconde victoire en Coupe du monde.

À / «?All Black 1?031?»

À ­chacun son numéro. Ma'a Nonu est le 1 031e Néo-Zélandais à porter le maillot à la fougère argentée. À 21 ans, en 2003, il est appelé pour la première fois en sélection avant de participer à sa première Coupe du monde, qui l'emmène jusqu'en demi-finale. Quatre ans plus tard, il n'est pas retenu pour le Mondial...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant