M&G privilégie les obligations d'entreprise et le haut rendement

le
0
(NEWSManagers.com) - " Nous sommes très " bullish" sur les obligations d'entreprise et le haut rendement" , a indiqué Brice Anger, qui dirige le bureau parisien de M&G Investments (encours stable par rapport à début 2011 à 1,5 milliard d'euros malgré l'effet de marché en août), lors d'une présentation de fonds obligataires du gestionnaire britannique. L'obligataire dans les fonds ouverts, chez M&G, représentait fin juin environ 11,5 milliards d'euros pour la catégorie investissement, 4,9 milliards pour le haut rendement et 3,9 milliards pour les obligations d'Etat.
Pour Stefan Isaacs, gérant de fonds, l'environnement est relativement simple : les marchés anticipent une récession légère, les obligations d'Etat n'offrent pas un rendement suffisant, et les investisseurs ne veulent pas prendre de risque. Or, " M&G essaie justement en ce moment de rajouter du risque" , à bon escient, tout en optant pour une duration plus courte que la moyenne (3,2 ans pour une moyenne de 3,6 ans). " En résumé, nous sommes positifs sur le risque de crédit et négatifs sur le risque de taux" , souligne Stefan Isaacs. " Et il faut positionner à terme nos fonds pour un contexte d'inflation" , ajoute-t-il.
Actuellement, " les investisseurs sont largement payés pour les risques qu'ils prennent, et nous sommes convaincus qu'au moins les non financières seront en mesure à la fois de rembourser et de servir la rémunération promise" , indique Stefan Isaacs, pendant que James Tomlins, gérant d'un fonds obligataire haut rendement souligne que les spreads actuels sont à un niveau qui correspond à 49 % de défauts, alors que la moyenne en Europe est encore pour l'instant inférieure à 2 %.
" En ce moment, les obligations d'entreprises sont beaucoup plus rémunératrices que les gouvernementales, pour moins de risque" , résume Stefan Isaacs, soulignant qu'il s'agit bien entendu d'être sélectif. M&G évite les pays périphériques, boude principalement les bancaires mais surpondère les assureurs, qui n'ont pas les mêmes problèmes de liquidités.
Depuis le début de l'année, l'encours du M&G European Corporate Bond Fund s'est accru d'environ 100 millions, à 1,05 milliard d'euros et celui du M1G High Yield Corporate Bond Fund de 200 millions, à 1,25 milliard. Quant au M&G Optimal Income Fund, qui est beaucoup plus souple dans sa politique d'investissement, il a drainé près de 2,15 milliards d'euros durant les huit premiers mois de l'année, à un total de l'ordre de 5,9 milliards.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant