M&G continue de prendre de l'ampleur en Europe

le
0
(NEWSManagers.com) -

" En 10 ans, nous avons créé un autre M&G en Europe continentale" . Jonathan Willcocks, managing director, en charge des ventes retail mondiales, résume ainsi le développement de la société de gestion britannique en Europe continentale auprès de la clientèle retail. En effet, en 2000, la maison gérait 13,1 milliards d' euros pour ce segment, uniquement au Royaume-Uni. En 2011, c' est à peu près le même montant (11,4 milliards d' euros) qu' elle gère à l' international (mars 2011), sachant que dans le même temps, l' activité britannique a aussi grossi, représentant 36,1 milliards d' euros (au total M&G gère 226 milliards d' euros). Et Jonathan Willcocks ne compte pas s' arrêter là. Aujourd' hui, l' international représente 24 % des encours de M&G, une part qu' il aimerait porter à 50 % environ.

Son objectif est de figurer parmi les cinq principaux acteurs européens en termes de souscriptions nettes en Europe, étant déjà numéro un au Royaume-Uni. Pour y parvenir, la société multiplie les pays ciblés. Elle est ainsi présente, par ordre chronologique de pénétration, en Allemagne, en Autriche, en Italie, en Suisse, en Espagne, au Chili, en France, en Grèce, au Portugal, et, depuis l' an dernier, aux Pays-Bas et en Suède. Une diversité salutaire pour la société, les marchés connaissant des évolutions contrastées. Dans ce cadre, la société de gestion ne compte pas stopper son " quadrillage" géographique. Concernant les pays d'Europe du nord, après la Suède et les Pays-Bas, l' évolution naturelle pour la maison consiste à se porter vers la Norvège, la Finlande et le Danemark. " Mais cela se fera progressivement, en fonction de l' appétit de la clientèle" , explique t-on chez M&G.

Par ailleurs, la diversification de la clientèle est tout aussi primordiale. Pour Jonathan Willcocks, l' une des clés de la réussite de M&G est de ne pas se limiter à une clientèle de fonds de fonds, mais de miser sur tous les segments du marché, et surtout les conseillers financiers, parfois délaissés par les autres maisons de gestion anglo-saxonnes, car chronophages et nécessitant un marketing ciblé.

C' est en tout cas la stratégie qui est poursuivie en France, où M&G a ouvert un bureau en 2007 et où Brice Anger, le responsable de l'activité à Paris, se montre actif auprès des conseillers en gestion de patrimoine indépendants. Ce segment représente désormais un encours de 200 millions d' euros, sur un total de 1,7 milliard d'euros. Pour le reste, la clientèle française se décompose entre les banques privées (100 millions), les fonds de pension (500 millions) et les fonds de fonds (900 millions). Le marché français, avec l' italien, est l' un des plus porteurs pour M&G ces dernières années et Brice Anger, qui va prochainement recruter une autre personne à Paris, espère rapidement franchir la barre des 2 milliards d' euros.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant