M.Fourcade : " Parfois, je m'épuise mentalement "

le
0
M.Fourcade : " Parfois, je m'épuise mentalement "
M.Fourcade : " Parfois, je m'épuise mentalement "
La Coupe du monde de biathlon débute ce week-end à Ostersund (Suède). Remis d'une mononucléose, Martin Fourcade, double champion olympique et favori pour le globe de cristal de la discipline, aborde cette nouvelle saison avec prudence. Le Français évoque un " épuisement mental " et hésite encore à doubler le biathlon et le ski de fond.

Il est le Teddy Riner de la glisse. Le Renaud Lavillenie du tir à la carabine. Martin Fourcade, grande révélation des Jeux Olympiques de Sotchi où il a décroché deux médailles d'or, s'apprête à rechausser les skis pour une nouvelle saison de Coupe du monde de biathlon. Mais celui qui fonçait aussi vite vers les défis que sur les pistes enneigées semble aborder 2015 avec davantage de prudence qu'auparavant. Peut-être refroidi par une mononucléose contractée en milieu d'année. « La mononucléose n'est pas arrivée pour rien, mais parce que j'étais fatigué, parce qu'il y avait eu de nouvelles sollicitations après les JO, de nouvelles choses à gérer et que finalement j'avais conservé le même système de fonctionnement ».

Malgré cette alerte, le Cérétan conserve l'idée de s'aligner sur le ski de fond en parallèle au biathlon : « la porte est toujours ouverte de la part de l'encadrement du ski de fond. S'il y a une opportunité, pourquoi pas mais je dois être honnête à 100%. Je suis incapable de ne pas faire les choses à fond. J'aimerais mais je ne sais pas. Je ne conçois pas de faire mon métier à 80% ». Une détermination que son corps à parfois du mal à digérer : « Parfois, je m'épuise mentalement », confie le biathlète tricolore. Alors le triple vainqueur de la Coupe du monde aborde désormais les échéances à venir les unes après les autres. « On fait un sport où ça enchaîne tellement. Tu cours, tu voyages, tu cours, tu voyages,... donc je me projette uniquement jusqu'à Noël, et sur le biathlon uniquement. Jusqu'en décembre c'est clair pour moi, et ensuite je referai le point ». Et les importantes compétitions qui constituaient auparavant ses objectifs prioritaires sont maintenant relativisées. « Les Mondiaux sont loin en mars. Je sais que j'en ai envie mais je suis d'abord concentré sur ce qui arrive ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant