M'Baye Niang, la renaissance génoise

le
0

Prêté cet hiver au Genoa par le Milan, le tout jeune M'Baye Niang, hier enfant phare du football français, reprend progressivement des couleurs après une demi-saison blanche du côté de San Siro. Un moindre mal pour ce gamin qui rêve de décrocher un jour le Ballon d'or.

On avait presque tendance à l'oublier. Et dans le fond, il valait sans doute mieux. Un an après le sale épisode de la Ferrari et la peine de dix-neuf mois de prison avec sursis qui a suivi, M'Baye Niang se refait une santé au Genoa, loin des chefs d'accusation et des tribunaux correctionnels. Prêté cet hiver par l'AC Milan, où il n'a pris part qu'à cinq rencontres depuis la fin août pour un total de 84 minutes jouées, le jeune espoir tricolore retrouve enfin le chemin des terrains après une année 2014 en tous points chaotique. Désormais titulaire au Genoa après le départ d'Alessandro Matri pour la Juve en février, M'Baye Niang se prend de nouveau à rêver d'un futur doré. " Ici, ça se passe mieux et j'espère continuer comme ça. Même à Montpellier, j'ai commencé fort, puis j'ai été abandonné, mais c'était seulement de ma faute. Je ne me laisse pas distraire par les critiques. Je travaille pour devenir un champion. Mon rêve est de remporter le Ballon d'or. Je ferai tout pour réussir et si je devais m'arrêter à mi-chemin, de tout façon, j'aurais essayé." Ces mots plein d'ambition sont issus d'un entretien publié dans La Gazzetta dello Sport ce jeudi, soit quatre jours après le nul du Genoa à Empoli où Niang a inscrit le seul but de son équipe. Son troisième en un mois et demi avec les Rossoblù, soit presque autant que son total avec Montpellier et Milan sur toute l'année 2014 (5 buts pour 27 matchs). Alors M'Baye, enfin calmé ?
Thug life
Depuis son départ du Stade Malherbe de Caen pour l'Italie à l'été 2012, le natif des Yvelines, que l'on présentait un peu partout comme un futur crack, ne s'est distingué pratiquement que par ses exploits extra-sportifs. Une sorte de Mario Balotelli franco-sénégalais capable d'aller s'encanailler en boîte à quelques jours d'un gros match avec les Bleuets ou encore de déglinguer la Ferrari d'un pote après avoir percuté une série de véhicules en prenant soin de fuir à toute allure. Son adolescence, M'Baye Niang l'aura passé à jouer au football et à faire ce genre de conneries qui auraient pu lui coûter très cher. La vie, par exemple. Certainement bien secoué émotionnellement par cet accident stupide survenu en février 2014, l'ancien de l'AS Poissy semble s'être mis du plomb dans la cervelle, comme il l'expliquait il y a quelques mois au journal L'Équipe. "J'ai fait des bêtises, des grosses bêtises même. Elles m'ont fait...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant