Lyon-Toulouse, le jour d'après

le
0
Lyon-Toulouse, le jour d'après
Lyon-Toulouse, le jour d'après

Un match décalé de trois heures est une chose plutôt rare dans le football français. En janvier dernier, Lyon-Toulouse a connu ce petit changement de programme. C'était le 11 janvier, et ce jour-là, la France avait rendez-vous avec sa République.

Pour beaucoup, l'évocation de la date du 11 janvier 2015 réveille des frissons. Pas ceux de l'horreur, plutôt ceux-là que provoquent l'unité, la fierté, le lancer d'un grand cri commun. Peut-être ont-ils rappelé aux habitués du stade les sentiments éprouvés lors d'une première fois dans un virage en fusion. 11 janvier 2015, donc. Quatre jours après l'attaque des locaux de Charlie Hebdo, quatre millions de citoyens descendent dans les rues de France. Les images sont fortes, le retentissement immense. Les Unes du monde entier ne parlent que de ça. " Je suis Charlie " dit la liberté d'expression. Hubert Fournier, en conférence de presse deux jours plus tôt, annonce " se méfier de ce mois de janvier. " Mais lui pense à son actualité professionnelle, circonscrite à des schémas sur un tableau noir en prévision du match à venir : 11 janvier 2015, Lyon accueille Toulouse, l'occasion de prendre les commandes de la Ligue 1. Dans une indifférence généralisée.

" Des manifestations dans les stades, c'est quelque chose de fort "


Étienne Didot, sur le banc à Gerland, ne dit pas le contraire : " On était un peu focalisé sur les événements, beaucoup de discussions tournaient autour de ça. C'était pas la joie on va dire, tout le monde était un peu choqué. Après, la vie continue pour tout le monde, on avait un match à préparer aussi, donc on a essayé de se concentrer comme on pouvait. " Pour être prêt à la bonne heure. Car, une fois n'est pas coutume, les différents acteurs de la rencontre n'ont aucun mal à s'accorder sur le report du match de quelques heures. Initialement prévue à 14h, la rencontre est déplacée à 17h, en même temps que Nantes-Metz, " en accord avec l'Olympique lyonnais, le Toulouse Football Club et le diffuseur beIN SportS ( ) afin de respecter l'hommage national qui sera rendu dimanche après-midi lors de la marche républicaine après l'attentat contre Charlie Hebdo ", annonce la LFP dans un communiqué dès le 9 janvier. La date de la rencontre aurait-elle dû être modifiée pour permettre aux joueurs qui le souhaitaient de participer aux rassemblements ? Pas forcément, selon Didot : " Ça aurait pu être une bonne chose de décaler complètement le match, d'un autre côté l'hommage qui a eu lieu dans le stade a été vraiment frappant et touchant, donc quelque part, ce n'est pas plus mal qu'il y ait eu des matchs. Des manifestations dans les stades comme ça,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant