Lyon sans pitié

le
0
Lyon sans pitié
Lyon sans pitié

Terriblement séduisant, Lyon s'est imposé ce soir contre Caen au terme d'une rencontre à sens unique (3-0). Très inspiré, Rémy Vercoutre a longtemps retardé l'échéance mais n'a rien pu faire pour empêcher la défaite des siens, brisés par un Alexandre Lacazette au sommet.
Lyon - Caen
(3-0)

A. Lacazette (7'), A. Lacazette (57'), Y. Benzia (62') pour Lyon


Sans victoires depuis six journées, les hommes de Patrice Garande avaient cruellement besoin de points sur la pelouse de Gerland, pour espérer enfin sortir de la zone de relégation. En guise de victoire, ils n'auront finalement reçu qu'une avalanche de coups de la part de Lyonnais offensifs et sans pitié, bien décidés à s'accrocher au podium plutôt sélect de la ligue 1. Plus fort, plus rapide, plus précis, l'OL n'a pas tremblé à domicile pour s'imposer au terme d'une partie facilement maîtrisée, qui les aura vu pilonner les buts adverses (3-0). Etincelant, le duo composé d'Alexandre Lacazette et de Nabil Fekir s'est mis en évidence à de multiples reprises, mettant au supplice une défense caennaise complètement dépassée, qui n'a jamais semblé en mesure de réagir sous la pression. Véritable leader, l'international français en a profité pour inscrire ses 14e et 15e buts en championnat, égalant de fait son record de l'année dernière. Apathiques et maladroits, les Caennais ont eux confirmé leurs difficultés actuelles en enchaînant une troisième défaite d'affilée. Plus encore que le score fleuve, c'est l'impuissance affichée ce soir qui a de quoi inquiéter les Normands pour la suite des festivités.
Vercoutre repousse
Dominés dès l'entame de match, les Caennais n'ont pas mis longtemps à plier, bien aidés il faut dire encore une fois par un arbitrage défavorable. A la septième minute de jeu, Nabil Fekir s'est infiltré dans la surface avant de venir buter sur la jambe de Jean-Jacques Pierre, qui a payé cher la simulation du jeune prodige. Tireur attitré, Alexandre Lacazette ne s'est pas fait prier pour ouvrir le score, d'une frappe imparable au ras du poteau (7e). Le début de la fin, déjà, pour des Caennais malmenés, qui ont souffert pour exister en première période. Seul le valeureux Koita a parfois amené le danger par ses accélérations répétées, profitant même d'un mauvais renvoi de la défense lyonnaise pour inquiéter Lopes d'une reprise trop écrasée...








Lyon - Caen
(3-0)

A. Lacazette (7'), A. Lacazette (57'), Y. Benzia (62') pour Lyon


Sans victoires depuis six journées, les hommes de Patrice Garande avaient cruellement besoin de points sur la pelouse de Gerland, pour espérer enfin sortir de la zone de relégation. En guise de victoire, ils n'auront finalement reçu qu'une avalanche de coups de la part de Lyonnais offensifs et sans pitié, bien décidés à s'accrocher au podium plutôt sélect de la ligue 1. Plus fort, plus rapide, plus précis, l'OL n'a pas tremblé à domicile pour s'imposer au terme d'une partie facilement maîtrisée, qui les aura vu pilonner les buts adverses (3-0). Etincelant, le duo composé d'Alexandre Lacazette et de Nabil Fekir s'est mis en évidence à de multiples reprises, mettant au supplice une défense caennaise complètement dépassée, qui n'a jamais semblé en mesure de réagir sous la pression. Véritable leader, l'international français en a profité pour inscrire ses 14e et 15e buts en championnat, égalant de fait son record de l'année dernière. Apathiques et maladroits, les Caennais ont eux confirmé leurs difficultés actuelles en enchaînant une troisième défaite d'affilée. Plus encore que le score fleuve, c'est l'impuissance affichée ce soir qui a de quoi inquiéter les Normands pour la suite des festivités.
Vercoutre repousse
Dominés dès l'entame de match, les Caennais n'ont pas mis longtemps à plier, bien aidés il faut dire encore une fois par un arbitrage défavorable. A la septième minute de jeu, Nabil Fekir s'est infiltré dans la surface avant de venir buter sur la jambe de Jean-Jacques Pierre, qui a payé cher la simulation du jeune prodige. Tireur attitré, Alexandre Lacazette ne s'est pas fait prier pour ouvrir le score, d'une frappe imparable au ras du poteau (7e). Le début de la fin, déjà, pour des Caennais malmenés, qui ont souffert pour exister en première période. Seul le valeureux Koita a parfois amené le danger par ses accélérations répétées, profitant même d'un mauvais renvoi de la défense lyonnaise pour inquiéter Lopes d'une reprise trop écrasée...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant