Lyon : on a trouvé des os du Père Noël

le
0
Lyon : on a trouvé des os du Père Noël
Lyon : on a trouvé des os du Père Noël

En ce moment, il fait trimer ses lutins à la chaîne. Et lui-même se prépare à la grande tournée. Enfin, croit-on savoir, car personne ne l'a croisé qu'en rêve.

Pourtant, des scientifiques de l'université d'Oxford, spécialisés dans la datation de reliques anciennes, affirment l'avoir trouvé : ils l'assurent, ils ont mis la main sur le Père Noël ! A l'origine de leur découverte, des fragments osseux -provenant d'un pelvis, une partie du bassin- trouvés à Lyon et récupérés par un prêtre vivant dans l'Illinois, aux Etats-Unis.

Après analyse, les chercheurs du Keble College sont arrivés à la conclusion que ces reliques dataient bien du IVe siècle et que ces os « pourraient être authentiques et appartenir à saint Nicolas de Myre », cet évêque chrétien qui inspira la légende du Père Noël.

Un homme réputé pour sa bonté

« Le personnage du Père Noël tel qu'on le connaît aujourd'hui, avec son traîneau et ses rennes, date seulement du XIXe siècle. Il n'est en fait qu'un lointain descendant de saint Nicolas qui, lui, a généré une véritable vénération en Europe », explique l'anthropologue Nadine Cretin.

Car, à la différence du Père Noël, saint Nicolas de Myre, lui, a laissé maintes preuves historiques de son existence. Né de parents chrétiens vers 270 en Anatolie, (actuelle Turquie), « l'homme était réputé pour sa bonté, et son tombeau est devenu d'abord un pèlerinage à Myre, puis à Bari en Italie où des marins dont il était le saint protecteur ont pris soin de transporter ses reliques au XIe siècle, pour le protéger des croisades », raconte la spécialiste. Certains des fragments se seraient retrouvés à Lyon.

Preuve que l'histoire du « bon Saint Nicolas » persiste, c'est encore aujourd'hui sous les traits d'un religieux à barbe blanche, distribuant bonbons et cadeaux, qu'on continue de fêter le saint homme aux Pays-Bas comme en Allemagne et dans le Grand-Est de la France. Mais, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant