Lyon : les opposants au futur stade de l'OL ne désarment pas

le
0
Lyon : les opposants au futur stade de l'OL ne désarment pas
Lyon : les opposants au futur stade de l'OL ne désarment pas

La première pierre du futur Grand Stade de l'Olympique lyonnais est posée depuis un mois à Décines (Rhône) et les travaux vont bon train. Mais les opposants au projet ne désarment pas : ils nourrissent encore l'espoir de faire stopper la construction de l'équipement sportif attendu pour accueillir les rencontres de l'Euro 2016.

Mardi, profitant de l'assemblée générale annuelle des actionnaires de l'OL Groupe dans l'enceinte du stade actuel, les associations du collectif les Gones pour Gerland sont venues interpeller les porteurs sur la fragilité financière et juridique de l'édifice. A l'entrée du stade de Gerland, ils ont tiré deux grandes banderoles : « Stop OL-Land » et « Deux stades géants à Lyon = gaspillage ». Leurs inquiétudes sont financières. « Le titre valait 24 ? lors de son introduction en Bourse début 2007, il ne vaut plus aujourd'hui que 2 ? », ont-ils rappelé aux actionnaires. Ils estiment que les déboires financiers rencontrés par l'OL ne permettent plus de financer le Grand Stade.

Encore douze recours juridiques

« Aulas (Ndlr : le président de l'OL) a cassé la tirelire, il peut financer quelques mois de travaux. Ensuite, il dépend de prêts à des conditions qui ne sont pas remplies », considère Joël Dubos, porte-parole du collectif. Il craint que la collectivité, donc le contribuable, ne soit obligée de mettre la main à la poche pour rallonger le budget si elle veut éviter à OL-Land de finir comme le grand stade du Mans, qui n'a désormais plus d'équipe phare à accueillir, ou, pire, celui de Valence (Espagne), stoppé net en cours de route.

Pour faire barrage à cet OL-Land, les opposants usent, depuis six ans, des voies judiciaires en déposant des dizaines de recours qui ont déjà fait prendre plusieurs années de retard au projet. « Il reste douze recours juridiques non purgés devant la Commission européenne, le Conseil d'Etat, le tribunal administratif, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant