Lyon : le patronat sort les sifflets contre Valls et Macron

le
15
Lyon : le patronat sort les sifflets contre Valls et Macron
Lyon : le patronat sort les sifflets contre Valls et Macron

Après les cartons jaunes brandis en octobre 2013, les patrons étaient  de retour à Lyon (Rhône),  non pas pour sortir le carton rouge mais pour «siffler» le gouvernement et sa politique économique, à l'appel de la CGPME qui a réussi à mobiliser des milliers de chefs d'entreprises lundi à Paris, du Medef et de l'Union professionnelle des artisans (UPA). Les trois principales confédérations ont affiché leur unité, assurant ne pas faire de la «politique», mais de «l'économie«, au troisième jour d'une semaine de mobilisation des chefs d'entreprise qui a avivé les tensions avec le gouvernement.

Dans une salle de 3.000 places presque comble, les trois responsables du patronat ont tour à tour prononcé un discours sous les applaudissements nourris du public, qui manifestait son désaccord aux mesures gouvernementales avec des sifflets distribués à l'entrée. Une réponse à Manuel Valls qui a dénoncé mardi devant les députés «les provocations» de certains «dirigeants du patronat» qui ne sont «pas à la hauteur» de leurs «responsabilités» alors que «quand la Nation,va consentir un effort de 40 milliards d'euros pour les entreprises». Juste avant, le ministre de l'Economie,  Emmanuel Macron avait chargé le Medef.

Gattaz : «Ce n'est pas de la politique c'est de l'économie!»

«C'est une mobilisation qu'on a voulue pédagogique, de terrain, républicaine, apolitique, ce n'est pas une mobilisation contre le gouvernement, c'est une mobilisation pour l'emploi et la croissance», a assuré le patron du Medef, Pierre Gattaz, lors d'une conférence de presse commune avec les présidents des deux autres organisations. Pour lui, «le grand message de ce soir, c'est écouter les gens qui sont sur le terrain». «Ce n'est pas de la politique c'est de l'économie!» a lancé celui qui se défend d'être «le grand Satan» et dont «l'obsession» est «l'emploi».

Le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, a demandé pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le jeudi 4 déc 2014 à 08:39

    Exact, noterb1, le problème n'est pas l'ENA en soi, mais le fait que 90% des politiques actuels en soient issus. Vivant toute leur vie des impôts et de la dette, ces gens n'ont jamais vu une entreprise ou un labo de recherche de près, sauf parachutés à leur tête depuis un cabinet ministériel, avec des résultats souvent catastrophiques.

  • knbskin le jeudi 4 déc 2014 à 08:36

    Ne jamais oublier que l'Etat ne produit RIEN, aucune RICHESSE. Sauf à long ou très long terme, dans le cas français, de la recherche (plutôt de très bonne qualité) et de l'enseignement (de plus en plus médiocre). La valeur ajoutée de nombreux élus et de masses de fonctionnaires est égale à zéro. Les exécutants de base n'en sont pas forcément conscients, mais leurs patrons le savent ... :(

  • noterb1 le jeudi 4 déc 2014 à 08:34

    @marc9524 le problème ce n'est pas l'ENA . D'ailleurs vous dites une chose fausse car beaucoup de patrons de très grandes entreprises en sont sortis . Le problème est celui de la représentation politique qui ne correspond à rien . C'est donc celui de nos institutions qui ne sont plus adaptées à notre époque . Il faut changer la constitution ...et donc la 5eme République

  • knbskin le jeudi 4 déc 2014 à 08:33

    Ben es 41 milliards d'"aide aux entreprises" n'ont pas à être annulés, comana : pour le moment au moins, ils sont VIRTUELS. Par contre, les impôts que paient les entreprises et les citoyens sont très réels. En partie compensés, il est vrai, par une myriade d'"aides" diverses qui nourrissent avant tout ... les fonctionnaires chargés de les gérer ! :D

  • noterb1 le jeudi 4 déc 2014 à 08:30

    «C'est une mobilisation qu'on a voulue .....apolitique " merci Gattaz de nous avoir permis de rire de si bon matin !

  • marc9524 le jeudi 4 déc 2014 à 08:04

    DANS UNE ENTREPRISE privée, ils seraient tous virés; ke des incapables; Stopper l'ENA qui fabrique des hommes qui vivent dans l'utopie avec de grandes idées dépassées; mettez des travailleurs au gouvernement et la France changera

  • knbskin le jeudi 4 déc 2014 à 07:06

    Exact, janaliz ! 1) Le "grand méchant patron" et sont entreprise produisent des richesses pour tous : le problème est de les "partager" plus ou mins "équitablement". 2) La "caste de profiteurs inactifs" ne produisent rien et vivent des richesses qu'ils volent aux autres. Leur problème est de prélever (impôts) et d'emprunter (dette). Celui des autres (ceux qui produisent des richesses) est de leur échapper. :(

  • M6816885 le jeudi 4 déc 2014 à 06:58

    @janaliz , parfait résumé de notre situation , ajouter à cela un corporatisme endémique , des syndicats aussi bornés que le medef , des partis politiques de gauche comme de droite d accord sur rien et unis pour plus d incompréhension mutuelle

  • a2014out le jeudi 4 déc 2014 à 06:54

    Si les français comprennent que les patrons (qui certes s'en mettent pleins les fouilles) ne sont pas que des méchants, alors on avancera. C'est pas gagné.

  • landerna le jeudi 4 déc 2014 à 06:50

    des gamins