Lyon : la «Tony Parker Academy» est née, pour allier sport et emploi

le
0
Lyon : la «Tony Parker Academy» est née, pour allier sport et emploi
Lyon : la «Tony Parker Academy» est née, pour allier sport et emploi

Elle ouvrira ses portes en septembre 2018 dans le quartier de Gerland, à Lyon (Rhône), et accueillera, à terme, une centaine d'élèves. La «Tony Parker Academy» est présentée par son fondateur comme «un concept inédit et unique en Europe». Imaginée par le meneur des San Antonio Spurs, qui a racheté en 2014 le club de Villeurbanne de l'Asvel et posé ses valises à mi-temps à Lyon, cette académie va à la fois former des basketteurs de haut niveau et préparer l'avenir de ceux qui ne parviendront pas à devenir des sportifs professionnels.

 

«Come to our academy and get a job !»

 

«95 % des jeunes qui entrent au centre de formation de basket ne seront pas basketteurs professionnels à la fin du cursus», a souligné Tony Parker, vendredi, en direct de Détroit où il jouait un match. «Aujourd'hui, nous pouvons dire à ces jeunes : Come to our academy and get a job ! (NDLR : viens à l'académie et tu auras un travail) !»

«Nous nous engageons à garantir un avenir à ces jeunes, assure Gaëtan Muller, autrefois complice de Tony Parker sur les terrains de basket et aujourd'hui directeur général de l'Asvel. Ce sera un endroit où les jeunes pourront trouver des opportunités pour réussir leur vie.» Si les deux associés tiennent tellement à ce projet, c'est que l'emploi - et même souvent la pauvreté - reste le principal problème rencontré par les sportifs de haut niveau.

Pour réussir ce pari, Tony Parker a intégré dans son projet, comme partenaire, le groupe Adéquat, spécialisé dans le recrutement et l'intérim. Outre son nom, le groupe lyonnais, qui a donné accès à un emploi à plus de 120 000 personnes en 2016 - et va réaliser 850 M€ de chiffre d'affaires en 2017 -, va aider ces sportifs à s'insérer dans le monde du travail.

 

L'emploi : principal problème

 

«Nous allons proposer un emploi à tous les académiciens qui n'auront pas la chance de devenir basketteurs professionnels, et cela ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant