Lyon joue avec la Dinamo

le
0

Emmené par sa jeunesse maison, Lyon a retrouvé le sourire mercredi soir et est parfaitement rentré dans sa saison européenne grâce à une victoire facile contre le Dinamo Zagreb (3-0) pour la première étoilée du Parc OL.

Olympique lyonnais 3-0 Dinamo Zagreb

Buts : Tolisso (13e), Ferri (49e) et Cornet (57e) pour Lyon // pour Zagreb

L'ovation est sincère, nourrie et totale. Corentin Tolisso regarde cette famille qui l'entoure et savoure l'instant. Cette fois, les beaux jours sont revenus, l'OL a retrouvé le sourire pour sa première rencontre européenne de l'histoire du Parc OL. Alors le milieu lyonnais, aligné mercredi soir dans une position inhabituelle de meneur de jeu à cause des nombreuses absences, peut aller se reposer avec le sentiment du travail bien fait, quelques semaines après avoir refusé de filer à Naples pour rester avec ses potes. Comme un symbole, c'est bien cette bande de potes qui a porté l'OL face à un Dinamo Zagreb dépassé (3-0) dans le jeu et dans l'esprit. Tolisso, Ferri, Cornet. Et Lyon est redevenu Lyon, au moins le temps d'une soirée.

Coco Chanel


On pourrait se croire dans une capsule temporelle. Comme si l'OL était revenu une dizaine de mois plus tôt, en pleine crise, entre deux défaites consécutives en championnat, des gestions de cas qui interrogent et un effectif décimé par les blessures. Pour la première fois depuis la prise de fonction de Bruno Génésio en décembre dernier, Lyon a la tête qui tourne et ne sait pas trop où il va dans une période où chaque courant d'air souffle comme une tempête. Reste que, pour une soirée et à quelques jours d'un choc déjà décisif à Marseille dimanche soir, la Ligue 1 a été mise de côté. Le parfum n'est plus le même, il est européen et la réception du Dinamo Zagreb avait la gueule d'une première flèche à tirer dans la course à distance avec le FC Séville pour prendre la deuxième place derrière une Juventus favorite de son groupe de C1. Alors Génésio a bricolé avec les absences (Lacazette, Fekir, Jallet, Valbuena, Grenier) en modifiant son système de jeu pour installer un 3-5-1-1 novateur avec Maxwell Cornet seul en pointe. Le choix est audacieux mais aussi payant car Lyon veut contrôler le jeu selon ses principes avec une seule ligne conductrice : vivre ou mourir mais en jouant.

Voilà comment l'OL a dévoré Zagreb pour sa première soirée européenne de la saison. En jouant, grâce…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant