Lyon : Gérard Collomb tente de passer en force à la métropole

le
0
Gérard Collomb tente d'arracher le Grand Lyon malgré un nombre de voix défavorable.
Gérard Collomb tente d'arracher le Grand Lyon malgré un nombre de voix défavorable.

C'est l'élection de tous les dangers. À Lyon, le socialiste Gérard Collomb a réussi à conserver la mairie de Lyon, mais la vague bleue qui a sévi sur les communes alentour le prive de majorité au Grand Lyon. La collectivité de 58 communes, qui concentre le véritable pouvoir sur l'agglomération, en termes de compétence comme de budget, dispose sur le papier d'une majorité de droite. Les élus de droite, avec ceux du centre et les étiquetés "Synergie", autrement dit divers droite, totalisent en effet 85 voix. La gauche, elle, du Front de gauche aux radicaux en passant par le PS et les écolos, ne peut compter que sur 77 voix.

Gérard Collomb part donc avec un handicap sévère pour cette élection de troisième tour qui se déroule le 16 avril, mais pas battu. Depuis sa réélection le 30 mars, Gérard Collomb n'a pas perdu une minute pour tenter de convaincre, un à un, les élus centristes et les divers droite mais également les maires "apolitiques" des petites communes de l'agglomération de voter, dans le secret de l'isoloir, pour lui. Aujourd'hui, c'est donc avec une confiance affichée que Gérard Collomb aborde cette élection qui lui est pourtant arithmétiquement défavorable. À l'argument de "la logique d'avoir un maire de ville centre patron de l'agglo", il ajoute aussi pour tenter de sauver son siège des propositions d'ouverture de son exécutif à des personnalités divers droite.

Convaincre les écolos et l'extrême gauche

S'il doit...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant