Lyon et le mirage de la concurrence parisienne

le
0
Lyon et le mirage de la concurrence parisienne
Lyon et le mirage de la concurrence parisienne

Depuis l'arrivée des gros sous à Paris, les performances françaises en Europe sont faibles. Loin de ce qu'on nous avait promis en 2011. Et la traversée du désert de Lyon cette année en est le plus bel exemple.

Alors qu'Omar Sy et François Cluzet prouvent au cinéma français qu'il en faut peu pour remplir une salle, les consommateurs de foot retrouvent également un peu d'intérêt pour notre bonne vieille Ligue 1. Nous sommes en 2011, les Qataris viennent juste de poser leurs valises remplies de billets à Paris, et les premiers noms de stars arrivent à nos oreilles. Javier Pastore succède donc à Nene et Tiéné, et les spécialistes qualifient cet événement de globalement positif. Principal argument : l'argent attire l'argent, et l'arrivée de QSI va susciter l'intérêt d'autres investisseurs, qui vont eux-mêmes amener des supporters du monde entier. Bref, tout ça semble donc de bon augure pour un mot devenu obsolète dans le vocabulaire du football français : la concurrence. Mais comme toutes les prévisions économiques, celle-ci s'avère fausse. Ou du moins, pas tout à fait vraie.

L'allégorie Anthony Martial


On a d'abord cru au projet Monaco. Puis à celui de Lens. On a aussi beaucoup misé sur celui de Lyon. Mais quatre ans après l'arrivée de trois ou quatre zéros en plus sur le compte bancaire du PSG, force est de constater que les clubs français font toujours la gueule en Europe. Quelle que soit la stratégie adoptée. Marseille et ses entraîneurs de renom. Monaco et son envie de copier Porto. Lyon et ses jeunes… Non, pour le moment, Ibrahimović et consorts ne sont pas la locomotive tant espérée du TER de la Ligue 1. On s'en doutait déjà, l'argent investi par le PSG ne reste pas en France. Et pour Richard Duhautois, économiste du sport, il est encore trop tôt pour être définitif. Surtout à Lyon : " Aulas a une stratégie d'expansion, c'est du long terme. S'ils n'arrivent pas encore à concurrencer le PSG, ils vont sans doute se qualifier chaque année pour la C1 et sans doute faire venir de plus en plus de joueurs compétitifs. Il faudra encore un moment avant qu'ils ne se stabilisent."

En fait, initialement, les principales retombées pour le football français n'étaient pas prévues avant 2020. En matière de football, mais aussi en matière de finance. Le nombre de téléspectateurs à travers le monde entier est en hausse, mais on est encore loin des autres championnats. Et c'est pareil pour les capitaux : "Les investisseurs préfèrent la Premier League. Et actuellement, il n'y a plus de six clubs qui…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant