Lyon, en chantier permanent

le
0
Le Musée des Confluences a ouvert ses portes le 20 décembre 2014. (AFP PHOTO/ROMAIN LAFABREGUE)
Le Musée des Confluences a ouvert ses portes le 20 décembre 2014. (AFP PHOTO/ROMAIN LAFABREGUE)

(AFP) - "Si je ne vois pas de grues dans une ville, je me dis qu'elle est mal en point." A Lyon, Gérard Collomb est rassuré: les chantiers qui ont transformé la ville depuis quinze ans continuent de se multiplier.

"Cet été, vous avez vu que non seulement ça bougeait, mais que ça bouchait", plaisantait le sénateur-maire socialiste lors de sa traditionnelle visite de rentrée, au sujet des nombreux travaux perturbant la circulation. Casque de sécurité sur la tête et un gros catalogue à la main: celui des opérations d'aménagement en cours sur le territoire de la métropole lyonnaise.

La Part-Dieu, deuxième quartier d'affaires français, a notamment entamé une vaste mue qui passe par la refonte de son centre commercial, le plus vaste d'Europe en centre-ville, et de sa gare, aujourd'hui saturée. Hérités de "l'urbanisme sur dalle" des années 1960, des bâtiments y seront rasés, d'autres recyclés.

Comme dans le projet Silex, développé par la Foncière des Régions pour 190 millions d'euros. Il prévoit la démolition-construction d'un immeuble de bureaux "premium" de 10.000 mètres carrés (m2), où s'installera notamment BNP Paribas, et la transformation d'une ancienne tour EDF en un immeuble "ultra connecté" de bureaux et services sur plus de 30.000 m2.

Sur la Presqu'île, l'ancien Hôtel-Dieu, fermé en 2010, est en travaux pour accueillir, entre autres, une cité de la gastronomie et un hôtel cinq étoiles.

A Gerland, autre quartier en pleine transformation, c'est une ancienne fonderie de 1880, dont les murs typiques en pierre dorée du Beaujolais ont été conservés, qui doit accueillir un centre de recherche d'EDF, au sein d'un nouvel éco-quartier en construction.

A l'Est, le Carré de Soie s'étend lui sur 500 hectares sur les communes de Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. C'est un des grands sites de développement urbain de la métropole. Depuis 2009, 91.000 m2 d'immobilier d'entreprise y sont sortis de terre et 28.000 m2 supplémentaires doivent être livrés en 2017, avec 830 nouveaux logements.

"On a vu là que le 300e de ce qui se fait actuellement", assurait le maire en fin de visite. "Depuis 2001, on a construit en moyenne 8.500 logements par an. Il y a quinze ans, nous étions au coude à coude avec Bordeaux, Nantes, Toulouse pour l'immobilier de bureaux. Depuis, nous avons doublé le nombre de mètres carrés placés."

L'année 2015 est présentée comme "exceptionnelle", avec 272.000 m2 de bureaux placés. Le taux de vacance pour l'immobilier d'entreprise est seulement de 5% sur la ville, la Part-Dieu connaissant même une situation de pénurie, à hauteur de 2%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant