Lyon crache ses tripes à Caen

le
0
Lyon crache ses tripes à Caen
Lyon crache ses tripes à Caen

En donnant à Lyon une leçon de combativité et d'envie, Caen s'est affirmé ce samedi après midi comme la capitale française de la tripe (3-0). Abandonné par sa défense, Hubert Fournier a sans doute dit adieu à ses derniers espoirs de titre. Patrice Garande, lui, a fait un grand pas vers le maintien.


Caen - Lyon
(3-0)

N. Benezet (40'), N. Benezet (43'), S. Privat (84') pour Caen


A trop croire que la meilleure défense était l'attaque, les joueurs de l'Olympique Lyonnais ont laissé filer leur dernière chance de remporter le titre de champion de France en fin de saison. Comme contre Nice il y a quelques semaines et comme lors du derby, la défense des Gones a été défaillante en tout point. Tellement qu'on serait tenté de demander à Koné, Dabo et Bedimo de donner un cours dans les écoles de football : "Comment perdre un match en quinze minutes." Tout d'abord, demandez à vos latéraux d'exercer un marquage aux vingt mètres. Ensuite, expliquez calmement à vos joueurs que le défi physique ne sert à rien dans un match contre une équipe qui joue son maintien dans l'élite. Enfin, assurez vous que vos hommes exercent un pressing très bas, pour laisser au joueur le plus technique de l'équipe adverse le loisir de s'amuser sur le terrain. Avec ces quelques consignes, et une baisse de régime de vos meilleurs joueurs, vous serez certains de perdre votre match et de faire beaucoup d'heureux à Paris.
Benezet s'amuse à reins ville
Ce samedi après midi, les joueurs de Caen aimeraient bien enfin offrir aux spectateurs de Michel-d'Ornano une victoire. Les coéquipiers de Clément Grenier, en pleine bourre, veulent eux embêter le Paris Saint-Germain jusqu'à la dernière journée. Avec Mouhamadou Dabo et Bakary Koné titulaires, la défense lyonnaise ne respire pas la sérénité, et sur son premier ballon, le Burkinabé manque complètement son dégagement. Devant, Fekir tient compagnie à Alexandre Lacazette, bien surveillé par Adéoti et Da Silva. Sloan Privat, lui, profite du marquage très large d'Umtiti et Koné pour donner des sueurs froides à Anthony Lopes (10'). Les Caennais sentent le bon coup et s'installent dans la moitié des mangeurs de quenelles. Jusqu'à ce sauvetage très viril, mais jugé correct, de Dabo devant Koita (12'), qui permet à Gonalons de pousser une soufflante et de re-motiver ses troupes.

Plus calmes,…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant