Lyon, capitale des simulations d'attentats pour deux jours

le
0
EXERCICES GRANDEUR NATURE DE SIMULATION D?UNE SÉRIE D?ATTENTATS À LYON
EXERCICES GRANDEUR NATURE DE SIMULATION D?UNE SÉRIE D?ATTENTATS À LYON

LYON (Reuters) - Une bombe contenant du Césium 137 explose le matin sur un marché de Lyon et irradie 120 personnes. Un peu plus tard, un attentat au gaz sarin a lieu dans le métro du quartier de Gerland, faisant 5 morts, 230 blessés graves et 140 blessés légers.

La troisième ville de France a été mercredi le théâtre d'exercices de simulation d'attentats inédits par leur ampleur qui s'achèveront jeudi par une prise d'otages, mobilisant 500 figurants victimes et autant de secouristes.

Ces exercices, baptisés "NRBCE" (Nucléaire, Radiologique, Bactériologique, Chimique et Explosif), ont été organisés dans un cadre européen associant les équipes de protection civile d'Allemagne, de Belgique, d'Espagne, d'Italie et du Portugal.

Ils s'inspirent des attentats de la gare de Madrid qui avait fait 200 morts en 2004, de celui au gaz sarin du métro de Tokyo en 1995 et des attentats de Londres en 2005.

Dans les couloirs de la station de métro de Gerland, une bousculade et des hurlements plus vrais que nature interprétés par des figurants maculés de sang et recrutés dans les écoles de santé des armées, mais également parmi des pompiers en retraite.

"Il s'agit dans un premier temps de déterminer la gravité des blessures et d'effectuer un tri parmi les victimes", explique le colonel Bertrand Kaiser, directeur adjoint des sapeurs pompiers du Rhône.

Les victimes, potentiellement touchées par le gaz sarin, ont ensuite été décontaminées, c'est-à-dire déshabillées, douchées avec la lance des pompiers, puis traitées médicalement.

"Nous testons également un système de traçage des victimes", a expliqué le colonel Kaizer. "Chacun se voit poser une puce électronique reliée à un tableau qui permet un enrichissement permanent et une transmission des informations au commandement."

L'intervention des secours étrangers permet quant à elle "d'échanger des informations, d'avoir des approches communes et d'élever le niveau technique afin d'harmoniser les procédures".

Des équipes de la police judiciaire ont été dépêchées sur place pour mener l'enquête et interpeller d'éventuels complices.

"C'est un exercice qui déploie des moyens humains et techniques exceptionnels", a expliqué le ministre français de l'Intérieur. "Exceptionnel aussi le fait qu'il se déroule pour la première fois en milieu urbain."

"Il faut se préparer au pire, les risques terroristes menacent nos sociétés (...) la diversité des actes concernés nous permettent d'améliorer les processus décisionnels", a déclaré Manuel Valls au cours d'une conférence de presse.

Pour la commissaire européenne Kristina Georgius, les leçons de ces simulations grandeur nature doivent servir à préparer tous les pays européens à faire face à la menace terroriste.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant