Lyon bercé par les cigales

le , mis à jour à 10:02
3
Lyon bercé par les cigales
Lyon bercé par les cigales

En ce mois de juillet, il règne à Lyon une ambiance de vacances. La chaleur estivale y est pour quelque chose, mais il y a aussi, plus inattendu à cette latitude, le chant des cigales. Au parc de la Tête-d'Or, les visiteurs l'ont remarqué. Sur les hauteurs de Fourvière, les touristes s'en étonnent. Et même, en plein centre-ville, au jardin des Plantes, leur chant est si sonore qu'il en coupe la parole aux habitants du quartier en quête d'un peu de fraîcheur. « Un effet du réchauffement climatique », avancent Lucas et Simon.

 

A la Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature), Julien Bourniol précise que la présence des cigales est ancienne dans la région, mais qu'elles se font, depuis quelques années, beaucoup plus nombreuses, en nombre comme en espèces. « On dénombre une vingtaine d'espèces de cigales en France et certaines remontent même jusqu'en Angleterre, explique-t-il. En Rhône-Alpes, on en dénombre quatre espèces et on observe une remontée des espèces vers le nord, le long de la vallée du Rhône, probablement à cause du réchauffement climatique. » Julien Bourniol, qui confie être régulièrement interrogé par les Lyonnais surpris par la présence des cigales dans la région, précise que les nouvelles espèces de cigales venues du Sud sont observables particulièrement sur les platanes bénéficiant d'un bon ensoleillement.

 

Les membres d'Arthropologia, association naturaliste spécialisée dans l'observation des insectes, ont aussi observé le phénomène à partir de la fin mai. « On peut penser que le nombre de cigales augmente », confirme Hugues Mouret, naturaliste et directeur d'Arthropologia. Il avance deux raisons à ce phénomène. Les températures, qui se rapprochent à Lyon de celle du sud de la France. Mais aussi, et surtout, cette recrudescence de cigales serait attribuable à l'arrêt de l'utilisation des produits phytosanitaires, herbicides et insecticides sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 4 mois

    Suite et fin : les hivers des années 50 et 60 logiquement auraient du éradiquer les bestioles, certes il y en avait moins mais un coteau plein sud avec des pins, mettez y ces bestioles et elles vont proliférer.

  • frk987 il y a 4 mois

    Pour simple information et pour anéantir les bêtises habituelles des écolos : si vous allez sur les versants sud de la cuvette grenobloise qui n'est pas spécialement réputée pour des hivers cléments, les cigales ont colonisé le coin. la raison : en 1950, un pharmacien, dire de voir, a ramené 40 cigales dans une boîte, aujourd'hui il y en a plus qu'en Provence. Alors votre réchauffement...MDR.

  • boudet il y a 4 mois

    J'habite à 50km au sud de Lyon et je n'en ai pas vu cette année. Elles remontent quand il fait très chaud . Je n'en ai pas entendu sur Lyon.