Lydia Guirous refuse son nouveau poste chez Les Républicains

le
4
Lydia Guirous refuse son nouveau poste chez Les Républicains
Lydia Guirous refuse son nouveau poste chez Les Républicains

Nicolas Sarkozy a procédé ce vendredi à de nouvelles nominations au sein de son parti, Les Républicains. Les anciens porte-parole Sébastien Huyghe et Lydia Guirous ont notamment été nommés respectivement secrétaire général-adjoint à la Formation et déléguée aux nouveaux adhérents, un poste que Lydia Guirous a refusé.

«Je m'étonne du communiqué qui fait part de ma nomination. Ne me sentant à l'aise ni avec certaines orientations, ni avec certaines personnalités, je n'ai jamais accepté de faire partie de la nouvelle direction des Républicains», a indiqué l'ancienne porte-parole. «Je ne sacrifierai jamais mes idées pour un poste», ajoute-t-elle.

La perte de son rôle de porte-parole a clairement signé un désaveu pour Lydia Guirous. Son sort était scellé depuis plusieurs semaines déjà. L'ancienne UDI, qui s'est fait connaître par son livre «Allah est grand, la République aussi» devait incarner la diversité au sein de l'organigramme républicain. D'abord bombardée secrétaire nationale à la laïcité en janvier 2015, quelques semaines après les attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et l'Hyper Cacher, elle avait été nommée fin août au porte-parolat.

Recadrée en pleine conférence de presse

Dans les rangs des Républicains, cette nomination expresse à un poste stratégique, qui nécessite de « sentir » le parti, et donc de bien le connaître, avait surpris. On lui reprochait son manque de notoriété, son absence de mandat électif, elle qui avait obtenu 0,77% des voix aux législatives de 2012 dans le XXe arrondissement de Paris. Certaines de ses prises de parole, à contre-courant de la ligne officielle, avaient fâché le patron Nicolas Sarkozy. Il est arrivé que Sébastien Huyghe,  soit obligé de corriger sa collègue en pleine conférence de presse.

Le 31 août, elle avait soutenu que son parti souhaitait «fermer les frontières, arrêter Schenghen, arrêter la libre circulation.» «Quand on dit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3121282 il y a 11 mois

    l'ancien comme l'actuel sont plus qu'usés, mais sans avoir grands choses d'utiles, si ce n'est pour eux et leurs côteries

  • M9244933 il y a 11 mois

    Manoeuvres dans tous les sens de M. Sarkozy pour mettre LR à sa botte. Mais il n'a pas compris, pas plus que son ami M. Hollande, que les trois quarts du pays ne veulent plus de lui. Espérons seulement qu'il ne faudra pas choisir entre la peste et le choléra en 2017.

  • M6998582 il y a 11 mois

    Ce pauvre Sarkozy n'a pas de chance avec les femmes !!! Dati ne veut plus le voir , Rama Yade a quitté le parti , Fadéla Amara est partie , Lydia Guirous virée avec perte et fracas , NKM , dans le mème cas , Morano qui veut le dézinguer ; Avec les hommes non plus car plus personne ne veut le voir !! Il y a Le Maire , Bertrand , Estrosi , Richet , Darmanin qui veulent lui faire la peau également !!! Plus personne ne veut le voir ! Va mal finir dans peu de temps l'avorton !

  • s.thual il y a 11 mois

    Les cimetières sont remplis de gens indispensables...