Lycéennes enlevées au Nigeria : des experts français sont arrivés sur place

le
0
Lycéennes enlevées au Nigeria : des experts français sont arrivés sur place
Lycéennes enlevées au Nigeria : des experts français sont arrivés sur place

Voilà un mois que plus de 200 lycéennes ont été enlevées dans le nord-est du Nigeria par le groupe islamiste armé Boko Haram. Depuis plusieurs jours, les pays étrangers se mobilisent pour fournir une aide logistique sur place afin d'aider les autorités nigérianes à retrouver les adolescentes captives. Le Conseil de sécurité de l'ONU a affirmé que ces exactions peuvent «constituer des crimes contre l'humanité».

Ce samedi, une équipe d'experts français spécialisés dans le renseignement «humain et technique» est arrivée au Nigeria, a indiqué François Hollande. Selon l'Elysée, «cette mobilisation d'experts français, pointus dans ces domaines, répond à la demande faite par le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, lors de son échange téléphonique avec le président de la République le 7 mai». Alors qu'il présidait la cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage, François Hollande a qualifié l'enlèvement de ces lycéennes de «crime abject». «Oui, la France doit être au côté du Nigeria», a-t-il assuré, estimant que «ce drame nous rappelle aussi qu'il y a encore aujourd'hui 22 millions de victimes de la traite».

L'équipe d'experts français prêtera main forte aux experts américains et britanniques déjà sur place. La Chine a également proposé de partager les informations recueillies par ses services de renseignements et ses satellites. Le président nigérian Goodluck Jonathan a affirmé vendredi à la presse qu'une équipe d'experts était déjà à l'oeuvre dans la forêt de Sambisa, proche de Chibok, avec du matériel électronique pour tenter de repérer les ravisseurs et leurs victimes.

Michel Obama monte au créneau

Le 14 avril dernier, le groupe islamiste armé Boko Haram, dont le nom signifie «l'éducation occidentale est un péché», avait attaqué un lycée dans la ville de Chibok et enlevé 276 adolescentes, dont 223 sont toujours captives, selon la police. Le chef de Boko ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant