Lycée : vers un nouveau bac «humanités numériques» ?

le
3
Lycée : vers un nouveau bac «humanités numériques» ?
Lycée : vers un nouveau bac «humanités numériques» ?

Aux trois filières classiques du baccalauréat général - scientifique (S), économique et sociale (ES) et littéraire (L)- s'ajoutera-t-il bientôt un nouveau parcours «humanités numériques» (HN)? C'est en tout cas l'une des recommandations faite par le Conseil national du numérique vendredi dans son rapport «pour bâtir une école créative et juste dans un monde numérique».

Le groupe de travail, composé de 12 membres parmi lesquels des chercheurs et des professionnels du secteur numérique, planche depuis 2013 sur le projet dont le but -ambitieux- est de proposer des pistes pour «inventer l'école du XXIe siècle». Il dégage quarante mesures, articulées autour de huit propositions phares, dont celle de créer cette nouvelle filière du bac général.

«Ce nouveau bac s'inscrirait dans son époque [...] au croisement des sciences, lettres, et sciences humaines et sociales, en décloisonnant ces champs du savoir», avance le conseil national du numérique dans son rapport. «Il refléterait l'aventure de la jeunesse et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design, mais aussi la découverte des big data, de la datavisualisation, des métiers informatiques et créatifs», ajoute l'organe consultatif.

Une expérimentation rapide?

Un parcours qui ne se contenterait pas d'équiper les élèves avec les derniers outils technologiques mais les inciterait d'abord à se servir de leurs acquis informatiques. Le rapport note ainsi, comme le relève France Info, que ce seront les lycéens qui «feront la transition numérique». «Il ne suffira pas de leur confier une tablette pour leur cours d'histoire», ajoute le CNN, «il faudra s'appuyer sur leurs pratiques».

Le groupe de travail propose une première expérimentation rapide en terminale, qui délivrerait un «double bac» associant la voie HN avec l'une des trois formations classiques, et la création d'«un diplôme national reconnu par tous». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le vendredi 3 oct 2014 à 20:34

    Faut bien les occuper tous ces fonctionnaires : si on en restait aux bacs existants, il y en aurait au moins 100.000 qui seraient au chômage technique. Ces 100.000 sont donc obligés de proposer des changements avec pour alibi de suivre les dernières lubies des pédagogues en vogue. Une vraie bande d'inutiles.

  • blackmax le vendredi 3 oct 2014 à 17:42

    Va encore falloir embaucher de nouveaux profs pour bac bidon

  • M940878 le vendredi 3 oct 2014 à 17:22

    faudrait d'abord leur apprendre à s'exprimer parler et compter correctement